29 tagged articles #Manga#beyblade

Présentation ! 15/07/2016

Salut toi!
Heureuse et fière de l'être, je suis une fan, comme beaucoup d'entre vous, de la célèbre série animé Beyblade.
Mais il y a quelque chose que j'aime tout particulièrement, ce sont les fameux personnages qui sont dans ce manga! Et je trouve ça particulièrement dommage que ces garçons n'aient pas de filles à aimer. Comme beaucoup de filles, je suis une romantique, et comme beaucoup l'ont déjà fait, je vais changer ça! Préparez vous donc à ma toute nouvelle fiction version "Shojo" de Beyblade, avec évidemment toujours le principe de l'animé. Les personnages garçons seront pris du manga évidemment, la fille principale est une fille inventée, mais ses amies seront des filles de mangas que vous connaissez peut-être! J'espère que ça va vous plaire, en tout cas, c'est partit pour le début d'une histoire! $)

Tags : #Manga#beyblade

EXPLICATIONS 16/09/2018

 
BONSOIR NE PAS LIRE SI VOUS NE VOULEZ PAS ETRE SPOIL






Même si la plupart des gens qui me lisaient ne sont sans doute plus attentifs à l'activité de ce blog inactif depuis un booon moment déjà (cela doit faire environ 6 ou 7 mois que je n'y ai pas posté un chapitre ) Je tenais quand même à fournir des explications concernant la suite de l'histoire, les origines de Yuki, enfin bref, toute l'envergure du décor, pour remercier tout ceux qui avaient pris la peine de lire avec attention ce que je me plaisais fortement à rédiger !


Honnêtement j'ai toujours aimé écrire, j'ai toujours aimé inventer, j'ai toujours détesté ces animes shonen (Beyblade, Naruto, Inazuma Eleven) qui ne laissent pas de place à la romance, même si ce sont mes préférés. Et j'ai chéri pouvoir laisser libre cours à mon imagination anonymement, même si je ne nie pas avoir un peu honte de traîner encore sur Skyrock à mon âge, étant donné qu'il est un peu "vieux" et délaissé des jeunes aujourd'hui, mais j'appréciais beaucoup cette communauté remplie de fan de mangas et de dévoreurs d'histoires multiples, même si les gens qui lisent attentivement sont rares aujourd'hui. 


Bref je vous envoie un million de merci même si vous n'étiez qu'une dizaine, et voici la véritable histoire de Yuki, ainsi que la suite étant prévue :




Yuki Cherry faisait partie d'une famille absolument simpliste de campagne, résidant dans une grande maison entourée d'un jardin remplie de fleurs et de diverses plantes comme le cliché le laisse imaginer, avec une famille heureuse. Ses parents étaient de normaux agriculteurs et entretenaient très peu de contact avec le monde extérieur, favorisant leur petit cocon familial, avec leur deux filles, sauf avec la maison voisine, qui possédait un fils avec qui Yuki passait son temps. La petite s½ur de Yuki est Meï, cette Meï à l'oeil bandé (qui est à l'origine un personnage de Another). 


Comment Yuki en est-elle arrivée là? A perdre la mémoire, à se retrouver seule, à oublier ses proches et ses origines, la nature même de son être? 


Tout simplement parce que la lignée des femmes chez la mère de celle-ci, Akane, était maudite depuis des centaines d'années (bonjour je m'appelle madame prévisible). La grand mère de Yuki en avait été témoin, car elle ne touche qu'une fois toutes les environs 4 générations : sa propre mère était une personne dérangée et perturbée depuis sa mise au monde, elle avait débuté à développer une sorte d'obsession pour les couteaux, pour le feu, et son mari et elle entretenaient des tensions de plus en plus tumultueuses et dénouées de sens. En effet, cette malédiction avait pour essence, pour les femmes de celle-ci, d'être attirée par le sombre, de perpétuer une série de cauchemars, d'entretenir des visions d'horreur, à développer une paranoïa sans merci, à sentir ses veines suppliantes à se faire ouvrir, jusqu'à se donner la mort. C'est ainsi que la grand-mère d'Akane conta à cette dernière cette fameuse légende comme quoi leur famille était destinée à être détruite, et cela à cause d'une ancienne trahison qu'une femme avait causé à un grand roi puissant, qui invoqua les dieux pour se venger de celle qui lui avait arraché le c½ur en s'en allant avec un autre. La mère de Yuki ne la cru d'abord pas à cette époque, étant jeune, mais lorsque sa fille commença à adopter des comportements similaires et inquiétants, cette histoire lui revint en mémoire. 


Malheureusement, la malédiction était déjà trop vielle, et le destin souhait y mettre un terme: Yuki devait mourir avant de procréer, de mettre au monde un enfant, pour que la lignée ne se perpétue plus. Dès ses 15 ans, elle fit des tentatives de suicides multiples et chercha constamment à se faire du mal, et ses parents, désespérés, parcoururent les archives, les manuscrits, les légendes, les rumeurs, les régions, afin de trouver une solution. Il en trouvèrent évidemment une, dans un ancien livre de légendes antiques, où il arrivèrent à la même conclusion: quelqu'un devait mourir. 


Sans le méli mélo et les débats entretenus, Akane se sacrifia pour sa fille, mais cela impliqua de lui faire oublier chaque détail de sa vie d'antan. 


Avant qu'elle ne meure, sa mère lui insuffla par une magie dont même moi je ne suis pas au courant des origines une dernière volonté de sa part: qu'elle trouve ces dix visages qui lui feront exprimer toutes les émotions nécessaire à son monde. L'amour, l'amitié, la haine, la nostalgie, l'empathie, l'admiration, la peur, le désespoir, l'altruisme, la passion. Et tout cela dans le monde du loisir de la famille : Le Beyblade. 


( Son père en mourra de chagrin, et Meï fut placée en foyer ) 


L'amour: KYOYA. pour ceux qui ont lu, pas besoin de grandes explications, c'est à lui qu'elle va s'ouvrir, elle qui va tenter de percer sa carapace. Dans le point où je me suis stoppée, ils se rendaient tous les deux compte de leurs sentiments, et tandis qu'après cette histoire d'enlèvement ils auraient échangé une étreintes et de baisers passionnés, ce stupide chien apeuré se serait enfui loin d'elle après que celle-ci découvre la vérité sur son passé, craignant ses sentiments et les conséquence qu'un amour pouvait entretenir sur son avenir de Blader, et elle, horriblement tristé et déçue, renoncera presque à lui. Un an plus tard, il revient, et il la découvre dans les bras d'un autre, un autre qu'il déteste. Après de multiples péripéties, d'hésitations, de disputes, de pleurs, Yuki se serait rendu compte que malgré tout, elle ne pouvait se résoudre à aimer quelqu'un autant que lui, et Kyoya aurait comprit que malgré tout, il ne pouvait se passer d'elle et jeter ses sentiments si forts à la poubelle. HAPPY END.


L'amitié: GINGKA. Bon ce dernier a vraiment pas compris le principe d'amitié au début, mais tant pis. FRIENDZONE. Franchement maintenant, je me dis que Utau aurait été mieux placée, même carrément mieux, mais je ne l'avais pas mise dans les visages de la vision de Yuki. Quand j'y repense, je me dis que vous avez dû en avoir marre de le voir toujours revenir à la charge avec ses sentiments, alors que celui qu'on voulait toute voir avec Yuki, c'était Kyoya. 


La haine: DASHAN, pas vraiment besoin d'explications, il a fait le batard avec Utau, même si ses intentions n'étaient pas complètement mauvaises. 


L'empathie: KENTA, pour sa tristesse avec Ryuga dans le coma.


La peur: RYUTARO, clairement, ce mec est un psychopathe dans ma fiction,à la suivre comme ça. Je me faisais peur toute seule, en mode "pourvu que ça ne m'arrive jamais", j'ai fais vivre des trucs horribles à mon héroïne. En fait, il a eu une vision comme quoi Yuki était encore victime de la malédiction, et qu'elle allait faire le mal autour d'elle. Qu'elle était destinée à tous les tuer. TU T'ES GOURE mon vieux. Sauf que c'en est devenu presque une obsession, et ça a finit par le conduire à la folie, il voulait absolument se débarrasser d'elle. Le sauvetage se sera exécuté par l'intervention de Tsubasa, qui d'abord en difficulté, se fera aider par Gingka et Utau après que ceux-ci aient déjoué les pièges placés aux alentours. 


La nostalgie: TSUBASA. Si il a souvent été absent lors des événements des derniers chapitres, c'est parce qu'il cherchait à vérifier une intuition qui le troublait depuis un long moment : IL CONNAISSAIT YUKI DEPUIS L'ENFANCE, et c'était lui le petit garçon de la famille voisine, dont il était fou amoureux à l'époque, et désespéré lorsqu'il a dû déménager ( à cette époque, Yuki n'était pas atteinte de ces troubles ). Bien sûr, il aime sincèrement Utau, et si j'avais continué, ils auraient vécu une passionnante vie amoureuse pleine de bonheur et de sourire, apprenant à faire revivre la belle blonde comme jamais, maiiiiis malheureusement. BAD ENDING: Tsubasa devait mourir à la fin de ma fiction, alors même qu'ils nageaient dans le grand amour avec Utau. Celle-ci aurait eu beaucoup, beaucoup trop de mal à s'en remettre, et j'avais même prévue que la fiction se termine avec une visite de la belle blonde sur sa tombe, des années plus tard, qui raconte à son amant perdu ce que tout le monde est devenu. 


L'altruisme: SOPHIE, lorsqu'elle l'a aidé dans sa relation avec James. Je vous l'accorde, on aurait pu faire mieux. 


La passion: RYUGA. Celui-ci se serait réveillé quelques mois après le départ de Kyoya, et ressentait ce même lien que Yuki avait décelé lors de sa première visite à l'hôpital avec elle. La raison? J'sais pas, sans doute parce qu'ils étaient à la base créés pour être ensemble et que j'ai privilégié mon amour pour Kyoya, et certainement parce que leurs toupies se complétaient dans leurs pièces. Ils entretiendront un amour sans faille et passionné, dans lequel Yuki découvrira les côtés.. "pratique"? "Technique?" Bref ses premières expériences sexuelles vont se faire durant cette période (oui je comptais sérieusement écrire du lemon avec Ryuga). Malheureusement, cette relation s'arrêtera lorsque Kyoya gâchera tout par sa jalousie, malgré les protestations de Yuki, il la refera retomber dans ses bras sans qu'elle ne puisse contester, encore trop amoureuse du garçon qui l'avait pourtant laissé tomber au plus crucial des moments. AAAh les filles, j'aime beaucoup trop les triangles amoureux et les bad boys qui se disputent pour la jolie gentille. Mais je comptais vraiment explorer et approfondir sa relation avec Ryuga, de sorte à ce qu'elle ne sorte pas de nul part ou quoi. 


L'admiration: Sûrement MASAMUNE ou JULIAN, je ne l'avais pas encore décidé à l'époque, et je n'ai pas forcément créé d'histoire à propos d'eux dans ma tête.


Le désespoir: MEI lorsqu'elles se rencontreront et que cette dernière lui expliquera que ses parents se sont sacrifiés pour lui laisser la vie sauve. D'ailleurs, Meï finira avec Gingka, celui-ci la guérira de sa ranc½ur et du vide qui s'était installé en elle. C'est son ½il que Yuki voyait dans ses rêves. 
 


 
Voilà, je pense que c'est à peu près tout.. je n'ai jamais eu de trame précise pour l'histoire, j'écrivais ce qui me passait par la tête et j'ouvrais alors bien trop de mystère alors que j'en résolvait trop peu.. Et je pense que le manque de public me décourageait pas mal haha, je ne vais pas mentir ^^


Utau reverra sa mère et rencontrera son demi-frère, un guitariste de talent. Evidemment, ils formeront un petit groupe, même s'ils ne se supporteront pas du tout au début, et la jolie blonde connaîtra le succès grâce à sa voix d'ange, en consacrant des chansons à pleurer une rivière à Tsubasa, son amour perdu. 


La voix qui conseillait Yuki de temps à autre était celle de sa mère.


Le monde parallèle où elle se retrouve était dû à une hallucination de Ryutarô.


Merci à ceux qui prendront la peine de me lire et qui l'avaient déjà fait durant tous ces chapitres, et si vous avez des questions, n'hésitez pas à m'en poser, même si je me doute que le nombre sera assez réduit, à cause de mon absence. 




 
 
 

Tags : #Manga#beyblade - Love Youu. ♥

Chapitre 2: Les autres visages. 14/08/2016

Chapitre 2: Les autres visages.
 
Chapitre 2: Les autres visages.



Point de vue de Yuki:
 

 
Quelques jours s'étaient écoulés depuis ma rencontre avec Gingka dans ce Bey-parc, qui m'avait permit d'expliquer tout le problème et le mystère qu'était ma vie à lui et aux autres. Si je m'étais retrouvée quelques peu déçue par le manque de réponse que tout cela m'avait apporté, le soulagement de les avoir tous à mes côtés l'emportait davantage sur le questionnement infini sur mon identité, ma mission, et tout ce qui est avec, pour le moment. Je ne regrettai nullement d'avoir parcouru la moitié du Japon pour au final me retrouver avec eux. J'étais également satisfaite d'avoir pu mettre les yeux sur déjà quatre de ces visages, m'étais faite à l'idée que j'allais devoir patienter pour obtenir des résultats concluants sur mes recherches, et que je devrais probablement patienter un moment. De toute manière, l'idée de repartir à travers cette aventure qui m'a semblé un bon nombre de fois vide de sens ne me tentait guère, alors j'avais, peut-être un peu précipitamment, décidé de loger dans cette petite ville souriante.
 
A sa requête, j'ai, durant les jours qui ont suivie cette petite réunion, passé la majeure partie de mon temps aux côtés de Gingka. Je m'étais assoupie par total épuisement sur le canapé du studio de travail de Madoka, et je m'étais retrouvée le lendemain aux petits soin de cette dernière, avec Gingka à ses côtés, à mon grand étonnement et ma plus grande gêne d'avoir abusé de leur hospitalité. Je ne manquais pas d'argent grâce à ma chère vielle dame qui m'avait accueillie précédemment, et je comptais rapidement me louer mon propre appartement. C'est ce matin-là que Gingka a proposé de me faire visiter la ville par lui-même. Si j'étais un peu embarrassée de passer la journée avec lui au commencement, il est le genre de personne qui ne le remarque même pas et qui par cette ignorance va te mettre à l'aise toute suite par ses blagues ou sa familiarité. Nous avons reproduit ce genre de journée à plusieurs reprises, parfois accompagné de Kenta ou de Yu, mais le plus souvent, Madoka se joignait à nous quand elle avait un peu de temps libre. 
 


Un jour, il a insisté pour que je lui montre ma toupie, sûrement pour me demander un combat dans les secondes qui suivraient. Je l'avais sortie avec hésitation, appréhendant la réaction qu'ils allaient avoir.
 
 
Madoka: Mais c'est...
 
Gingka: J'arrive pas à le croire...
 
 
Evidemment, ils avaient réagis exactement de la manière à laquelle je m'étais attendue. J'avais chaque fois le droit à une surprise totale dans les yeux des personnes en face de moi, et j'avoue m'être suffisamment lassée de ces réactions pour demander timidement: 
 
Moi: Est-ce que vous voudriez m'expliquer pourquoi tout le monde écarquille les yeux quand je montre ma Toupie?



Ils avaient échangés un regard, toujours avec un peu de stupéfaction dans les yeux, et Madoka dû comprendre ma peine pour saisir ce qui se passait, car elle eu comme un déclic avant de m'annoncer:


Madoka: C'est vrai que si tu ne te souviens de rien avant il y a trois mois, il te saurais difficile de comprendre tout ça, pourquoi ta toupie cause autant de peur. Je vais tout t'expliquer. En fait, un des plus puissants Bladeur de ce monde possède une toupie ( normalement ) unique, dénommée L Drago Destroyer.


Moi: Et c'est uniquement parce qu'un Blader plutôt fort a en sa possession une toupie qui a un nom similaire à la mienne que cela choque?



Madoka: Non, laisse moi terminer et tu vas comprendre..


Je me tus, curieuse. 



Madoka: L Drago est depuis sa création, une toupie interdite.


Je me languissais. Qu'est-ce qu'était une toupie qu'on nommait "interdite"?



Madoka : C'est même la seule existante dans le monde entier. La particularité de cette toupie est d'avoir la capacité d'absorber les pouvoirs des autres toupies lorsqu'elle les combat. Ne fais pas ces yeux, je te jure que c'est la vérité. C'est ce qu'on appelle le pouvoir obscur. Aucune puissance dans une unique toupie n'est comparable à une autre, elle est restée invaincue dans les mains de celui qui la possédait jusqu'au championnat du japon où Gingka l'a affronté dans un combat final. Cette force était tellement surdimensionnée que même son propriétaire en a perdu le contrôle, et il a finit sous l'emprise de sa propre toupie. Au fil du temps, il a apprit à maîtriser totalement cette force obscure qui semblait indomptable, et il en a fait une arme imbattable, seul Gingka peut le vaincre (Elle lui jeta un coup d'½il rapide ) si on ne compte pas Némésis.  
 
J'étais assez informée de cette grande bataille contre Némésis. Ce nom faisait d'ailleurs résonner en moi d'affreux frissons, comme un semblant de souvenir qui n'étaient pas agréables à mon corps. En revanche, je ne n'avais pas la connaissance d'un tel joueur. Il doit être vraiment discret, car jamais je ne l'ai observé sur de grands écrans, contrairement à Gingka ou Kyoya, même Kenta fait des petites apparitions de temps en temps. 


Moi: Et qui est-ce, ce fameux joueur dont le nom de la toupie est si similaire au mien?


Gingka: Il s'appelle Ryuga. 


Une sensation de familiarité résonna lorsque ce prénom fut ôté de ses lèvres. 


Moi: Où est-il? Il peut peut-être m'aider dans ma quête..


Gingka: ça ne va pas être possible Yuki..


Moi: Pourquoi donc? Je peux essayer de lui parler, peut-être qu'il m'écoutera..


Gingka: Ce n'est pas le problème.


Il baissa les yeux d'un air triste que je ne lui connaissais pas encore.


Gingka: Depuis le grand combat avec Némésis pendant lequel il a tenté de le vaincre tout seul à maintes reprises, sans accepter notre aide qui était vitale pour vaincre ce démon, il est dans le coma. Cela fait plus de six mois qu'il est à l'hôpital de la ville, et son état ne s'arrange pas.

 

Moi: Oh non..


Madoka: Et si, malheureusement. Ryuga n'a jamais été notre grand ami, on ne sait d'ailleurs pas grand chose sur lui, mais on est tous attristé par ce mal. Celui qui connaît davantage de facette de Ryuga que nous doit être Kenta, car il a passé un moment à le suivre pour s'améliorer. 
 


J'étais touchée par la tristesse que devait ressentir le petit bonhomme, mais j'étais beaucoup trop curieuse pour m'étaler sur son chagrin, alors égoïstement, je demandai:


Moi: C'est possible de lui rendre visite?...
 

Je ne m'imaginais pas terminer cette journée sans au moins vérifier s'il ne faisait pas partit d'un de ces visages qui m'étaient apparus. 


Madoka: Euh.. Oui bien sûr mais... Tu est vraiment certaine que ça pourrait changer quelque chose?


Moi: Je suis prête à tout essayer. 


Madoka poussa un soupire d'exaspération.


Madoka: Très bien. Allons-y maintenant, les visites seront terminées dans quelques heures. 


Gingka: Héééé ! Mais mon combat! On avait dit qu'on allait jouer Yuki! ( il me fit un regard de chiot attristé )


Moi: Haha! Peut-être plus tard!


L'hôpital n'était pas très loin d'ici. En une demie heure nous l'avions atteint, et nous étions déjà à l'entrée.  Une fois à l'intérieur, je ressentis un léger malaise face à cette ambiance stréssée et triste. 
Nous n'avons pas eu besoin d'aller demander quoi que ce soit à l'accueil, Gingka et Madoka connaissaît le chemin, sans doute que ce n'était pas la première fois qu'ils venaient. Plus on anvançait vers la chambre où j'allais le voir, plus j'étais angoissée. Je voulais des réponses à mes questions, mais qu'est-ce qu'un garçon à moitié vivant pourrait m'apporter?


Soudain, Gingka s'arrêta, il s'arrêta d'ailleurs tellement brusquamment que je m'étais cognée contre lui, manquant de le faire tomber.


Gingka: C'est ici. ( Il ouvrit la porte) 


Ryuga était éntendu sur le lit, les mains repliées sur le ventre. Ses pâles cheveux argents, courts et brillants, étaient en désordre sur l'oreiller. Il était habillé uniquement d'une blouse et d'un pantalon blanc, qui malgrés l'ampleur, dévoilaient sa maigreur. Son visage était tendre, on aurait seulement dit un enfant qui se reposait, mais on devinait facilement deux minuscles rides à peine visible sur le dessus de ses yeux, preuve qu'il ne devait pas souvent être content. C'était lui, ce fameux garçon à l'air effrayant que j'avais vu dans ma vision.


Gingka: Kenta? Bah ça alors!


J'étais tellement hypnotisée par Ryuga que je n'avais même pas remarqué qu'un petit bonhomme aux cheveux verts était assis près de son chevet. Il sembla gêné de nous voir, et c'était compréhensible, vu les larmes qui coulaient abondamment sur ses joues, pleurant celui qui a été à la fois son grand frère et son maître. J'eu de la peine pour lui.


Gingka: Oh Kenta.. Viens, ça ne sert à rien pour le moment de te torturer avec ça.. Madoka, viens avec nous toi aussi. Yuki, on va t'attendre dans le couloir ( Il me fit un grand sourire), essaye de trouver des réponses! 


Moi: Merci beaucoup Gingka!


Une fois qu'ils furent sortit, je me suis précipitée sur la chaise à côté de son lit, pour l'observer davantage. Dans ce lit, il avais l'air innofensif. J'avais du mal à retrouver l'image d'un Bladeur ayant maîtrisé la force obscure d'une Toupie que m'avait faite Madoka. D'ailleurs, sa protégée L Drago Destroyer était à la table de son chevet, attendant le retour de son maître. 
Je le regardais de nouveau. Je l'imaginais, ouvrir les yeux. De quelle couleur était ses yeux? Je n'en avais pas la moindre idée.


Il était diaboliquement beau.


Chapitre 2: Les autres visages.



 

 Prise d'une implusion, je lui pris la main. Je me sentais un peu ridicule, sachant très bien que c'était peine perdue et que je ne savais même pas ce que je cherchais. Des réponses, oui, mais ce n'était sûrement pas ici que j'allais les trouver. 
 
J'ai lâché sa main et me suis dirigée vers la sortie, déçue.
 
Bientôt.
Je sursautai. Je n'avais pas entendu cette voix depuis le jour de ma naissance, il y a 3 mois.  
Pourtant, quand je regardais Ryuga, rien n'avais changé. 
 
Je rejoignis les autres dans le couloir, et quand je leur secouai la tête pour montrer que ça n'avait rien donné, ils eurent tous la politesse de ne pas me poser de questions et seulment d'aquiescer d'un hochement de tête. 
 
Gingka: Au fait Yuki, je me demandais.. Puisque tu tiens tant à retrouver tout les visages que tu as eu dans cette vision, tu devrais nous décrire tout ceux que tu ne connais pas encore! Après tout on a voyagé à travers le monde, on connaît beaucoup de gens!
 
Moi: C'est vrai que c'est une bonne idée! D'abord, ceux que je connais sont ceux ci: Toi, Tsubasa, Kenta, Kyoya et Ryuga.
 
Madoka: Ca fait déjà pas mal! Tu en as vu beaucoup d'autres?
 
Moi: Non, seulement 5 autres, et je ne sais pas du tout pourquoi ceux là.
 
Gingka: Vasy, décris les nous!
 
Moi: D'accord d'accord, attend juste que je me souvienne... Hum.. Raah, je ne les vois pas clairement, je distingue à peine leurs couleurs de cheveux et les traits de leurs visages... Je les reconnaîs simplement quand je les vois...
 
Gingka: Ca ne nous aide pas beaucoup en effet... Baaah, on trouvera bien! Rien ne nous presse! ( Il me fit un sourire) Bon, j'ai faim moi, et si on allait manger un hamburger?


Moi: (J'éclate de rire) Quelle originalité!
 
Il avait raison, rien ne pressait!



Chapitre 2: Les autres visages.




Tags : #Manga#beyblade - #Chapitre 2 ♥

Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans. 16/08/2016

Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans.
 
Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans.


 
Utau: Dooonc si j'ai bien compris, après t'être ramassé une défaite monumentale, que Gingka s'est comporté en parfait abruti de gentleman en te raccompagnant, il s'est jeté sur toi et t'as serré dans ses bras, comme ça sans aucune raison?
 
J'étais dans un café avec Utau. Notre café, là où on allait toujours pour discuter de choses et d'autres.
 
Moi: C'est ça. 

J'ai eu beau me dire que ce n'était rien de plus qu'une simple accolade amicale qui avait duré un peu trop longtemps, ça m'avait tellement travaillé l'esprit que j'avais décidé d'en parler à Utau.


Utau: J'ai vraiment du mal à imaginer la scène. Surtout que Gingka n'a jamais eu de relations amoureuse, à ce qu'on m'a dit.


Moi: C'est justement ça, et je sais très bien que dès qu'on lui parle de ce genre de truc ça le met mal a l'aise, et puis... Raaah si ça se trouve je me prend la tête pour rien.


Utau: Peut-être bien. Mais on devrait parler d'un truc bien plus interressant. 


Elle sirota un instant son coktail de fruit, pendant que je la regardais d'un air interrogateur.


Utau: Est-ce que Gingka, lui, te plaît?


Je réfléchis sérieusement à la question, puis répondis:


Moi: Non, j'aime passer du temps avec lui mais c'est tout. Et puis je te rappelle que je suis née il y a quatre mois et que je n'ai aucune idée de ce que c'est d'éprouver de l'amour.


Utau: *Souris* Amatrice.


Je vis qu'elle rougissait légèrement, mais je n'en fis aucun commentaire. 


Mon téléphone sonna:


Moi: Allo? Madoka? Qui a-t-il? Hum... Je vois *je souris*. Très bien, j'arrive! A toute suite!


Utau :* énervée * Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi tu t'en va? 


Moi: Apparemment, on a des vieux amis de Gingka et les autres qui sont venus nous voir! Tu veux venir?


Utau: La bonne blague! Plutôt mourir. C'est qui ces fameux amis?


Moi: Ce que je sais, c'est qu'ils viennent de Chine, elle ne m'a dit rien d'autre. Utau? Ca va?


Mon amie était devenue blanche. 


Moi: Tu devrais aller te reposer, tu n'as vraiment pas l'air bien...


Utau: J'arrive pas à croire qu'il ose se pointer ici maintenant.


Moi: Qui ça? 


Peine perdue. C'était comme parler à un mur. Elle jura et sortit après avoir payé le serveur.


Utau : Tu sais quoi Yuki? Va aux retrouvailles de Gingka et de ses amis, moi je vais rentrer chez moi avant de frapper quelqu'un.


Moi: Mais Utau...


Utau: Dégage! Laisse moi tranquille tu veux? Pourquoi faut-il toujours que tu sois dans mes pattes? 


Je savais qu'elle ne le pensais pas, mais ça faisait quand même mal. 
Et elle partit sans se retourner chez elle.
Mais bon sang c'était quoi son problème? Et de quoi elle parlait à l'instant?


La tête toute chamboulée, je me dirigeai vers le magasin de Madoka, où j'allais peut-être comprendre pourquoi Utau avait réagis comme ça.


-: Ah Salut Yukiiiii! Content de te voir! 


C'était Gingka. A présent que l'épisode d'Utau remplissait ma tête, je ne pensais plus du tout à ce qui s'était passé la veille avec lui, ça me semblait secondaire.


Moi: Salut Gingka! *Je souris* Alors, qui sont ces fameux amis dont Madoka m'a parlé au telephone? 


Gingka: C'est vrai que tu ne les connais pas toi! Tu vas voir, ils sont super! Ils sont en bas, allons les rejoindres!


On descendit les escaliers et j'entendis des rires bruyants.
Une voix m'atteignait les oreilles plus que les autres. On aurait dit que je l'entendais clairement alors qu'il était loin de moi dans une foule au milieu de miliers de personnes.


Gingka: Les voilààà! Yuki, je te présente l'équipe de Beyblade la plus forte de Chine, les Wang hu zong! 


Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans.




J'étais incapable de parler. Je ne voyais qu'une personne dans cette salle, et il s'agissait d'un de ces visiteurs, un visiteur dont le visage m'était apparu en vision, il y a quelques mois déjà. 


Gingka: Yuki, voici Meï Meï (il me désigna la fille habillée en rose), Chi yun (Il me montra le petit au cheveux bleus), Chao xin (Il me présenta le beau garçon roux foncé aux yeux charmeurs), et enfin le chef de l'équipe, le fameux Dashan ( Il finit par me désigner le grand brun que je ne pouvais pas quitter des yeux)!


Dashan: Enchanté Yuki.(Il s'avança vers moi) On a beaucoup entendu parler de toi. (Il me tendit la main en guise de bonjour)


Je la lui pris par mes deux mains.


Moi: Je te connais. 


Même si Dashan me dévisageait en se demandant sûrement si j'étais complètement folle et dérangée, les autres comprirent immédiatement et poussèrent des cris de surprises et d'excitation.


Madoka: Sérieux Yuki? Il en fait partit? Tu es sûre? 


Kenta: Sans rire?



Je serrais toujours la main de Dashan.


Moi: Certaine.


Gingka: Incroyable... Vous arrivez pile à temps les gas, on peut le dire.


Chao xin: Est-ce que quelqu'un pourrait nous expliquer ce qui se passe? 


Meï Meï: Oui c'est vrai ça, de quoi parlez vous?


Chi yun: Et pourquoi cette drôle de fille ne lâche pas Dashan?


Suite à cette dernière phrase, je me rendis compte de la situation dans laquelle j'étais et lâchai la main de Dashan avec précipitation en rougissant de honte. Je ne sais pas ce qui m'a pris, c'était comme si j'avais eu besoin de transplanter mes yeux dans les siens pour être sûre et certaine que ce soit lui, sans contrôler mes gestes.


Benkeï: Je croix qu'ils ont tous besoins d'une explication, Yuki.


Je soupire. Je me lassais de raconter cette histoire. 
A la fin de mon récit, les arrivants me regardèrent avec de grands yeux.


Dashan: Donc si j'ai bien compris... Je fais partit de ces visages que tu as eu en vision le jour où tu es apparue?


Moi: Exact. Je ne sais pas pourquoi ces visages là en particulier me sont apparus, ni pourquoi je dois les retrouver, mais c'est la seule piste que j'ai pour retrouver la mémoire et comprendre qui je suis.


Dashan: Je n'ai pas la moindre idée de ce que je viens faire là dedans, mais si tu as besoin d'aide, n'hésite pas. Je reste au Japon deux mois, donc d'ici là peut-être trouveras-tu quelque chose.


Il mis sa main sur mon épaule. Bien que je lui ai pris la mains quelques minutes plus tôt, ce contact physique me répugna presque, malgrès la beauté de ce garçon. Je lui fis un sourire polis avant de reculer pour mettre fin à ce geste, tandis que je sentais les yeux de Gingka me parcourir le dos.


Une fois cette histoire terminée, tout le monde se mit à discuter avec la bande, je n'étais pas très à l'aise. Je ne les connaissaîs pas et l'épisode d'Utau me revenait sans cesse en mémoire. 


"J'arrive pas à croire qu'il ose se pointer ici maintenant."


Donc, un de ces amis chinois connaissaît Utau. Mais lequel? Et qu'avait-il avoir avec elle?



Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans.

Chapitre 5 : Le Dragon de feu vieux de 4000 ans.

 



           



Tags : #Manga#beyblade - #Chapitre 5 ♥