Chapitre 20: Nuit de sentiments.

Chapitre 20: Nuit de sentiments.


Point de vue de Utau:


~ Au début de la soirée ~


Ca ne va pas.
Je jette ma robe achetée l'autre fois avec Yuki au centre commercial par terre. Si d'habitude j'ai beaucoup de respect pour mes vêtements, il est totalement partit ce soir.
Je ne trouve rien à me mettre alors que j'ai passé toute l'après-midi à m'occuper de tout ça pour Yuki, et je dois avouer que j'étais plutôt satisfaite du résultat, même si elle hait prendre soin d'elle. Certains vont tourner des yeux ce soir. 
Je regarde ma valise. Puis j'apperçois un fin tissus blanc qui dépasse de toute mes tenues remplies de couleurs différentes, je l'attrape et suspend la petite robe blanche à laquelle appartient le tissu, elle est très simple, mais je ne l'ai jamais mise, et avec quelques accesoires colorés sur la blanc, ça fera l'affaire.
J'espère que Tsubasa aimera..
Je me traite intérieurement d'imbécile en réalisant ce que je suis en train de penser, je me moque totalement de son avis sur ma tenue. 
A ce moment là, j'imagine très bien Yuki se moquant de moi, devinant à quoi je pense et du combat qui surgit à l'intérieur de ma tête. Il faut vraiment que je me calme.


Une fois prête, je descend en bas rejoindre les autres, et directement, la personne sur qui je tombe est Tsubasa. Il est terriblement beau ce soir, même s'il a les cheveux presque aussi longs que moi, je n'ai jamais trouvé cela aussi élégant sur quelqu'un. Il me sourit et je détourne les yeux par insolence, comme à mon habitude. 
Après quelques bavardages avec ceux qui restent à la résidence, je remarque tout en continuant à me chamailler avec Tsubasa que Yuki se dirige vers Kyoya. Je ne parviens pas vraiment à savoir ce qui se passe dans la tête de ces deux-là (et je pense qu'eux non plus d'ailleurs), ils se sont énorméments rapprochés pendant ces vacances, et bizarrement j'ai nettement l'impression que ça leur a fait du bien, comme s'ils avaient brisé la glace et qu'une sorte de chaleur nouvelle s'installait petit à petit. Si ça avait été quelqu'un d'autre que Kyoya, je n'aurais pas trouvé cela étrange, mais ce gas là est désagréable au possible, c'est rare quand il parle d'autre chose que le Beyblade (d'ailleurs je pense que je n'ai jamais abordé un autre sujet que celui-ci avec lui), et pourtant quand ils sont ensembles, ils arrivent à communiquer. 


Mais mes interrogations s'évanouissent quand d'un coup Chao xin, le petit chien de Dashan, prend Yuki par la main.
C'est une blague, n'est-ce pas?
Mon amie est tout aussi déboussolée. Elle m'a avoué cet après-midi avoir un problème vis-àvis des contacts physiques, alors pourquoi elle se laisse faire? Elle est bien trop gentille.


Tsubasa: Utau? Tout va bien?


Moi: Si un jour tu change de disque, appelle moi.


Tsubasa: Tu as une drôle de tête, t'as envie de tuer quelqu'un ou quoi?


Moi: Qu'est-ce que ça peut te faire?


Tsubasa: Tant que ce n'est pas moi, ça me va.


Il me sourit. Ca recommence, ces messages ambigus que je suis la seule à comprendre, car il n'a qu'à remonter sa lèvre à gauche pour que je sache qu'il se remémore notre "presque" baiser. Il a fait ça de nombreuses fois depuis ce soir là, et à chaque fois je ne sais pas comment réagir. Je détourne les yeux et sens mes joues rougir. 


Moi: Abruti.


C'est un peu léger comme répartie, mais il ricanne et me lance qu''on doit partir, les autres sont déjà dehors, et j'apperçois toujours Cha xin, collé à Yuki. Je ne sais rien de ce type, c'est resté une plante verte tout le long de ces vacances mis à part pour faire des messes basses à Dashan ou dragouiller Madoka, mais j'ai un mauvais pressentiment. 
Je jette un dernier coup d'oeil à Kyoya, visiblement agacé.
Tient tient.


Moi: T'es sûr de pas vouloir venir?


Il me jette un regard comme si je venais de lui demander si il allait régulièrement sur la Lune.


Kyoya: Et pourquoi je viendrais, idiote?


J'inspire. Reste calme.


Moi: Parce que, imbécile, ça ferait plaisir à tout le monde que tu participe, sauf moi bien sûr.


La réelle raison de ma demande, c'est que ce type est toujours dans les parages lorsque Yuki a un problème, alors ce soir je veux qu'il vienne.


Kyoya: Bouge, j'ai pas que ça à faire.


Je n'insiste pas même si j'ai envie de lui en coller une et Tsubasa me prend par le bras pour m'emmener dehors, certainement car il se doutait que je risquais de le traîner par la peau des fesses à la fête forraine. 


Tsubasa: Pourquoi voulait-tu qu'il vienne?


Moi: Arrête de poser tout le temps des questions.


Nous sommes tous deux par deux tels des enfants à la file indienne pour marcher jusqu'à la ville, tandis que je continue de me chamailler avec Tsubasa.


Tsubasa: Cette robe te va bien.


Il me sort ça comme ça, alors que nous nous disputions à propos de ses cheveux longs quelques secondes avant. C'est tellement soudain que mon visage est tout chaud une seconde plus tard, avant même que j'ai eu le temps de détourner la tête. Si il savait que je l'avais choisie seulement pour lui, il me prendrait sans doute pour une folle.
Un autre élément perturbe ma soirée, c'est la présence de Dashan. Tant qu'il me laisse tranquille, tout ira bien, mais je ne suis pas rassurée. Je regarde son dos: il est large et ses bras accordés à lui lui donnent l'air d'un homme qui lorsqu'on se trouve dans ses bras donne l'impression d'être protégée. Nos regards se croisent et son sourire glacial qui me remplissait d'amour appauravant me refroidit instantanément.


Nous arrivons enfin à la place principale où les gens dansent, et même si au début je ne veux pas faire comme eux, je finis par les rejoindre, toujours accompagnée de Tsubasa qui ne me lâche pas pendant que nous dansons. 
J'adore danser, presque autant que chanter. Mes mouvements s'enchaînent et se lâchent complètement en rythme sur la musique pendant un temps incalculable, et je souhaite que ça ne se termine pas, en particulier quand Tsubasa me prend par la taille et me regarde dans les yeux pendant une danse plus douce. Ses yeux, ils sont magiques. Je ne comprendrais jamais les personnes qui préfèrent les yeux bleus, les yeux marrons ont tellement plus de charme, ils rassurent, ils te donnent l'impression que tu peux leur faire confiance, alors que les yeux bleus sont froids et agressifs. 
La musique s'arrête un instant et je suis toujours dans ses bras. Je ne sais pas où sont passées mes barrières, car il me les faudrait absolument en urgence là toute suite, même si je n'en ai pas du tout envie. La seule chose que je veux, c'est l'embrasser, et pendant quelques secondes la Utau que j'étais avant réapparaît, la Utau heureuse, amoureuse et aimante, pas la garce que je suis aujourd'hui. 


- : Tsubasa?


Malheureusement, cette magie est rompue, encore une fois. Mais c'est pire aujourd'hui, car ce n'est pas Yuki, mais Chao xin qui vient nous interrompre.


Chao xin: Excuse moi Utau, j'aimerais lui parler.


Moi: Je ne te permet pas d'être si familière avec moi, on ne se connaît pas et je ne veux pas entendre mon prénom sortir de ta bouche.


Au fond de moi je sais que j'exagère mais je sais que ce que je suis en train de faire, c'est de défouler sur ce garçon ma colère contre moi-même, qui a faillit me laisser embrasser Tsubasa une nouvelle fois en m'otant toute protection, je suis stupide. 


Chao xin: Tu souhaiterais que je t'appelle par ton nom de famille?


Il garde son sang froid, et je déteste ça. Quelque chose me dit que c'est Dashan qui lui a enseigné ceci pour me destabiliser.


Moi: Ne m'appelle pas tout court. Allez vous en tous les deux.


Tsubasa: Uta..


Moi: Allez, il a à te parler je te rappelle.


Je lis l'agacement dans ses yeux, mais j'ai besoin qu'il aille quelque part où je n'aurais pas une envie irrésistible de me jeter sur ses lèvres.


Ils partent donc je ne sais où. Le bruit me procure un bref mal de tête, mais je décide de partir à la recherche de Yuki, elle ne doit pas être loin, je l'ai vu danser avec un joli garçon blond pas plus tard que tout à l'heure. 
Je parcours donc les ruelles de monde à sa recherche, au hasard, sans vraiment savoir où la chercher. Marcher me permet également de faire un certain vide dans ma tête, de rassembler mes idées. Ce dont je ne m'attendais pas en revanche, c'est la sensation d'être suivie. J'ai un exellent instint pour ceci, il ne m'a jamais trompé car à chaque fois ce sont les mêmes sensations: frissons dans le cou, sens aiguisés automatiquement, tout y passe. Et je peux vous dire que quand vous parcourez la Chine et le Japon, cela peut servir contre certaines sortes d'enquiquineurs. 
Mais cette sensation est différente cette fois-ci, comme familière. Une pensée se fraye un chemin dans mon esprit, mais je m'y refuse, croyant à une paranoïa. Pourtant lorsque je m'égare dans une petite rue un peu éloignée du monde, il se fait de plus en plus fort, et mon corps m'ordonne de courir. Malheureusement, une main m'en empêche avant même que ma tête ordonne à mes jambes de le faire. 


Je ne connais que trop bien cette main, cette poigne et cette peau, elle est tellement familière que j'ai l'impression qu'elle est comme encrée en moi, et je pense que cela durera toute ma vie.  
Malheureusement, ce n'est pas vraiment positif dans le moment présent. 


Dashan: Tu allais partir? Ma petite Utau?


Je le hais. Je hais les menaces qu'il inclue dans ses paroles pour lui donner un air terrifiant. Je hais ses yeux brillants comme une flamme alors qu'il fait nuit noire. Je hais la façon de me montrer que je suis à lui en m'appellant Ma petite Utau. Je hais le fait qu'il a beaucoup trop de force pour que je me dégage de sa poigne.
Mais je me hais encore plus, car il faut être une idiote comme moi pour ressentir un tourbillon d'amour mélancolique quand il me regarde comme il le fait maintenant.


Moi: Qu'est-ce que tu veux?


Ma voix tremble, mais plus autant qu'avant, je commence à m'habituer à tout ceci, semble-t-il.


Dashan: Juste te parler, on en a pas vraiment eu l'occasion avec toutes ces personnes autour de nous chaque jour.


Moi: Donc tu choisis, par pur hasard, une petite rue sombre et éloignée du monde pour faire la conversation? Je croix que t'as eu deux semaines pour faire ça. Et bien sûr, tu fais tout à la dernière minute.


C'est vraiment le type de phrase que je pourrais dire si c'était une autre personne, et il le sait. Il n'aime pas ça, alors ses traits se tirent légèrement.


Dashan: Pas besoin d'être si agressive. Tu sais bien que je t'aime.


Mon coeur rate un battement. Je suis sur le point de craquer encore une fois.


Moi: Arrête.


Dashan: Je n'ai jamais cessé de t'aimer, Utau.


Moi: Arrête, Dashan, je t'en prie!


Je met mes mains sur mes oreilles, je ne veux pas l'entendre. 
Malheureusement il mes les retire et me force à le regarder dans les yeux.


Dashan: Tu ne me croix pas? Tu es bien trop immature.


Il se joue de moi, je le sais, mais je n'arrive pas à détourner mes yeux.
Immature?
Moi?
C'est une blague!


Moi: Je ne pourrais plus jamais te croire.


Dashan: C'est pourtant si simple...


Nous ne sommes qu'à quelques centimètre l'un de l'autre et ma poitrine est sur le point d'exploser. Ma respiration est hatelante et j'ai chaud de partout, mais contrairement à d'habitude, ce n'est pas agréable. 


Non...


Sa bouche se rapproche, progressivement. Il va encore gagner, je ne peux pas résister... Je l'aime toujours, je l'aimerais peut-être encore pour ma vie entière, car c'est mon premier amour. 


Mais sa bouche s'arrête soudainement à un cheveux de la mienne par une voix familière.


-: UTAU!


Le visage de Dashan s'emplie de panique. 
A qui est cette voix, déjà?


-: Utau! Où es-tu, bon sang?!


Une voix si chaude, si mielleuse que j'adore entendre et qui a remplacé pendant un long moment celle de celui en face de moi..
Tsubasa!


Je m'apprête à crier mais la main de Dashan m'en empêche. Il me bloque la bouche? C'est une farce, n'est-ce pas? 


Chapitre 20: Nuit de sentiments.





J'essaye de lui mordre la main, de me débattre, mais je n'y arrive pas. Alors je ne connais qu'une seule technique pour qu'il me lâche enfin, même si cela va lui faire très mal. 
D'un seul coup, je lève mon genou et il se cogne à son entrejambe. Chose de faite, il m'a complètement lâché et il tient ses bijoux de familles tel un enfant. Je suis assez fière de moi, et j'appelle Tsubasa en hurlant tout en courant pour le trouver, que je sois loin de cet autre fou. 


Moi: Tsubasa!


Je cours à en perdre haleine, et je sens qu'il est tout près, comme si je pouvais entendre ses pas coordonnés aux miens, et c'est la seule chose à laquelle je me raccroche désormais. 
Je le trouve finalement, lui rentrant dedans si fort que nous tombons à la renverse. 


Tsubasa: Outch! Quel taureau..


Je ris.


Moi: Je ne te permet pas.


Il se relève tandis que je suis assise sur lui. Il dégage une mèche de mes cheveux, me regarde dans les yeux. Est-ce la course ou lui qui me fait battre le coeur si fort? 
Tout à l'heure aussi il battait fort, mais c'était différent. 


Tsubasa: Où étais-tu?


On dirait presque au son de sa voix que mon absence lui était insupportable. Je souris de plus belle.


Moi: Il faut que tu arrête de t'inquiéter pour moi.


Tsubasa: Ce n'est pas ma faute si tu me cause du soucis sans cesse. 


Puis il me sert dans ses bras. C'est un geste qui est remplie d'affection, et cela fait tellement longtemps que je n'en ai pas eu que les larmes montent. Je ne suis pas du genre émotive, loin de là, mais j'estime avoir le droit de pleurer ainsi, même si je ne sais pas si c'est de bonheur, de soulagement ou de tristesse, car je viens enfin de comprendre tout ce qui se passe.


-: Que c'est mignon.


Je ne suis même pas surprise, mais Tsubasa sursaute. Dashan est en face de moi, il a l'air plutôt énervé. Compréhensible, me direz-vous. Sa "chose" est dans les bras d'un autre.
Je me relève. Tsubasa semble vouloir lui mettre une de ses mains dans la figure, mais je l'en empêche. Au loin, je vois Yuki arriver, essouflée. Elle devait sûrement me chercher elle aussi. Sa présence, ainsi que celle de Tsubasa, me donne du courage.


Dashan: Tu sais quoi Utau? Je te pardonne pour cette fois. C'est normal d'avoir des envies de rebellion à ton âge, mais maintenant sois raisonnable et viens avec moi.


J'avale ma salive.


Moi: Non.


Dashan: Répète un peu?


Moi: Tu as très bien entendu.


Yuki me regarde, avec l'air de vouloir me donner toute sa force mentale. Elle est formidable. Malgrès ce qu'elle pense, elle en a beaucoup plus que moi. 


Moi: J'en ai assez, Dashan.


Mon coeur me fais mal quand je dis ça, mais c'est le moment, je ne dois plus reculer. 


Dashan: Alors quoi? C'est la seule raison? Tu vas abandonner tout ce qu'on a vécu pour un stupide petit flirt avec lui?


Moi: C'est loin d'être stupide, et maintenant écoute moi.


Ces mots que je vais prononcer, je vais les regretter. Je le sais. Mais comment avancer sinon? 


Moi: Dashan, tu ne m'aimes pas. 


Dashan: Cesse de faire l'idiote.


Moi: Ecoute-moi. Ce que tu veux depuis toujours, ce n'est non pas être avec moi, mais me posséder. Et même si au tout début, tes sentiments étaient peut-êtres réels, ce que j'espère, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Tu ne m'aimes pas Dashan, et tout ce qui fait ce que tu ressens pour moi aujourd'hui, c'est que, tout comme moi, tu veux revivre le passé, à cette époque où tout allait si bien. Tu sais Dashan, il y a une différence entre aimer quelqu'un et ne pas pouvoir se passer de quelqu'un. Tous les deux, nous sommes dans ce deuxième cas, mais toi tu refuses juste de l'admettre, car ça reviendrait à ne plus jamais vivre et être heureux comme nous l'étions avant, et ça, je t'avoue que même moi à cette idée, j'ai peur. Mais nous avons d'autres personnes autour de nous. Aujourd'hui, j'ai réapris ce qu'était aimer véritablement, que ce soit en amour ou en amitié, car tout cela, tu me l'avais arraché, et je ne veux plus risquer de perdre ces sentiments un seul instant. Malheureusement Dashan, tu te dresse sans cesse devant moi comme des anciennes photos douloureuses, et de cette manière tu m'epêches de tourner la page. Accepte-le Dashan, une bonne fois pour toute.


Je tremble, tout cela est comme un adieu, et définitif.
 
Dashan: La ferme Utau.. Ne me sort pas des belles paroles juste pour que je te laisse tranquille, ça ne marche pas ave..


Moi: Dashan!


Ma voix n'est plus qu'un petit souffle plein de desespoir.
Son visage ne contient plus aucune méchanceté, mais de la peine. J'y suis presque.                                        


Moi: Tu sais que j'ai raison.


Dahsan: Non.. Moi je t'aime, plus que n'importe qui ne pourra jamais t'aimer. Je t'assure, c'était sincère depuis le début.


Moi: Même ce qui est sincère n'est pas éternel.


Je ne sais même pas s'il a entendu, je lutte de toute mes forces pour ne pas éclater en sanglots. 


Il est tout ce qui me reste comme souvenir de l'époque avec mon père. Et je croix que c'est cela, le plus douloureux. 


Dashan se tourne brusquamment, sans un bruit. Puis il partit, sans un mot de plus, et je ne saurais jamais s'il a pleuré, ou s'il s'est juste mit en colère. 


Mes jambes ne me tiennent plus et je manque de m'ércouler par terre. A la dernière minute, Tsubasa et Yuki me rattrappent en même temps. Lorsque je vois les larmes dans les yeux de Yuki, je la remercie de pleurer à ma place, car c'est tout ce dont j'avais besoin. 


Chapitre 20: Nuit de sentiments.



~ Point de vue de Yuki ~


Tsubasa et moi l'avons ramené à la résidence en prenant le bus, ayant conscience tous les deux qu'elle ne pourrait pas marcher. Sur le chemin du retour, personne ne dit rien, mais ces deux-là ne se lâchent pas, et j'ai bien l'impression que si ils se séparent, mon amie va exploser en mille morceaux. Je n'aurais jamais pensé que Dashan soit sincère avec elle. Pour moi, il l'a manipulait, que ce soit pour une raison ou pour une autre. Et pourtant, le petit discours que Utau nous a sortit d'une voix faible et tremblante m'a prouvé totalement le contraire, à croire que l'être humain ne sait pas toujours comment exprimer ses sentiments vis à vis d'une personne. Je croix que j'ai encore beaucoup à apprendre, mais pour le moment, la seule chose qui m'importe c'est que mon amie se remette de tout ceci. Je dois être là pour elle, qu'importe si c'est à cause de quelqu'un que je déteste ou non qu'elle est dans cet état. 


Arrivés à la résidence, personne ne nous accueille, et je croix que c'est mieux comme ça. Tsubasa m'annonce qu'il va la raccompagner dans sa chambre, et comme je vois sur le visage de mon amie que ça n'a pas l'air de la déranger, j'acquiesce et les laisse tranquilles, persuadée que s'il est avec elle, tout ira pour le mieux. 


Pendant qu'ils montent les escaliers, je reste figée, au milieu du salon. Demain matin, tout va redevenir comme avant. ces vacances nous aurons apporté tout ce dont nous aurions pu vouloir ou redouter. Je ne les regrette absolument pas, même si elles étaient assez mouvementées et que j'ai faillis perdre mon pied plus d'une fois. 
Au souvenir de cette aventure, mes pensées s'égarent un instant sur Kyoya, pas une seconde de plus. 
Je regarde l'heure qu'i est désormais. A peine deux heures. Cela me semble assez tôt pour quelqu'un comme moi qui ne parvient pas à dormir le soir. Je suis peut-être hyper-active? La bonne blague.


Je décide d'aller en terrasse, et cette fois-ci, il n'y a absolument personne. C'est peut-être la dernière fois que je la verrais, et même si je suis plutôt en mode mélancolie, j'essaie d'enregistrer à ma façon le paysage qui se tient devant moi, le mouvement régulier des vagues qui attirent le sable, la brise légère qui secouent les rares arbres aux alentours, les reflets de la lune sur ces fameux rochers. C'est comme une jolie carte postale. Je décrirais sûrement tout cela à Ryuga quand nous serons de retour, car après tout c'est le seul qui manquait à l'appel (même si ça m'étonnerais qu'il serait venu à de telles vacances en communauté). 


Je me met à chantonner un petit air d'une chanson que Utau fredonne tout le temps. Je ne sais pas vraiment qui la chante, ni si elle existe vraiment, mais la mélodie me plaît. 


-: J'ten prie, arrête de me casser les oreilles. 


Tout mon corps sursaute. j'ai reconnu la voix, mais j'ai trop honte de ce qu'il vient de m'entendre faire pour me retourner.


Moi: Mais qu'est-ce que tu fais là encore?


Il reste debout alors que je suis assise sur une des chaises de la grande table en bois, mais il est à côté.


Kyoya: Ta voix de crécelle m'a réveillé.


Moi: Tu es au dernier étage, ça m'étonnerais.


Je ne fais pas de remarque sur sa critique, je suis sûre qu'il n'est pas plus doué que moi, même si je ne le saurais probablement jamais. 


Kyoya: Et toi?


Moi: Moi? Je reviens de la fête.


Kyoya: Ah oui, avec Chao xin...


Je n'ai pas réalisé ce qu'il venait de dire que ses muscles se tendent, comme s'il regrettait totalement ce qu'il venait de dire et que l'envie de se mettre une baffe était très plaisante. Je pense qu'il y a eu suffisament de violence pour une soirée, donc ça ira. Visiblement, sa haine pour lui sort toute seule.


Moi: Personne n'a l'air de bien l'apprécier.


Ses épaules se baissent, sans que je sache pourquoi. 


Kyoya: C'est un prétencieux.


Je le taquine.


Moi: Tu ne l'es pas toi, peut-être?


Il sourit doucement.


Kyoya: Moi j'ai des raisons.

 

Moi: Et il me parle de modestie!


Je ricanne et nous restons silencieux pendant les minutes qui suivent. Le bruit des vagues et du vent a rempli semble-t-il tout l'espace, et cette abcence de paroles ne me dérange absolument pas.


Moi: C'est triste de partir.


Kyoya: Si tu le dis.


Moi: Ose me dire que cet endroit ne vas pas te manquer.


Kyoya: Il ne va pas me manquer.


Moi: Cesse de faire exprès! Répond franchement.
 

Il grogne. Si j'ai bien appris quelque chose sur lui pendant ces deux semaines, c'est qu'on ne peut jamais rien lui demander. Il marmonne encore quelques secondes pendant que j'insiste quand il finit par avouer:


Kyoya: Ouais ouais.


J'ai connu plus développé, mais ça me convient. 
Finalement, je ne sais pas combien de temps je vais rester là à regarder la mer sur cette table en bois, mais Kyoya me quitte une demie-heure plus tard pour aller dormir avec de très befs bonne nuits. Je n'ai qu'une hâte quand je regarde le ciel, c'est de l'observer de notre ville. Même si cette endroit et cette cohabitation va me manquer, une seule chose manque à mon bonheur et je me rend compte que c'est vraiment ce qui me comble dans ma petite vie tranquille, c'est parler à un beau garçon endormit dans sa chambre d'hôpital. Ryuga me manque et je n'ai cessé de penser à lui, je vais avoir énormément de choses à lui raconter lorsque nous serons de retour. Oui, j'ai hâte de rentrer tout compte fait, malgrès la nostalgie presque déjà présente qui se forme dans mon ventre. 
Je finis par m'endormir sur cette table en pensant à lui et à de jolis yeux bleus, pour une nuit une fois de plus tranquille, à croire que ces yeux rouges me laissent en paix depuis l'autre fois. 


Et mystérieusement le lendemain, c'est dans mon lit que je me retrouve, même si bizarrement je ne me souviens même pas avoir quittée la pièce la veille. 

 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.164.86) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Fan-FictionBeyblade

    30/10/2017

    Cameby wrote: "Ca alors...Dashan etait sincere....
    C la que Ryuga ouvre les yeux "tu as finj de pavasser??" x)
    "

    Et oui..
    Haha ce serait drôle :D

  • Cameby

    30/10/2017

    Ca alors...Dashan etait sincere....
    C la que Ryuga ouvre les yeux "tu as finj de pavasser??" x)

  • Fan-FictionBeyblade

    31/07/2017

    Visiteur wrote: "Gingka X Yuki X Ryuga c'est sûr. Dashan X Utau X Tsubasa, certain. Mais moi, j'aimerais bien voir un Kyoya X Yuki.... Genre, lentement, Kyoya commence à apprécier Yuki, mais ne veut pas se l'avouer...."

    Tu me fait réaliser qu'il y a pas mal de triangles amoureux ^^ Mais un autre va surgir ensuite et un de ceux que tu as cité va disparaître !

  • Visiteur

    29/07/2017

    Gingka X Yuki X Ryuga c'est sûr. Dashan X Utau X Tsubasa, certain. Mais moi, j'aimerais bien voir un Kyoya X Yuki.... Genre, lentement, Kyoya commence à apprécier Yuki, mais ne veut pas se l'avouer....

  • musa-et-master-creations

    28/04/2017

    De rien :)

  • Nicori

    19/04/2017

    Tant mieux! J'aime les surprises!

  • Fan-FictionBeyblade

    19/04/2017

    Nicori wrote: "Moi j'ai une super idée de triangle amoureux: Yuki - Kyoya -Ryu. <3!!!
    Après moi je verrais bien un petit duel de fin de vacances Kyoya vs Gingka où Kyoya gagne enfin contre Gingka pour impressionner Yuki mais Yuki est déjà dans les bras de Ryuga ou un truc du genre... et là c'est trop triste pour Kyoya et il tue Ryuga et... bon aller j'arrête de me faire des films... C'est ton histoire après tout. ;)
    "

    Haha je suis en train d'écrire la suite au moment où je lis ton commentaire ^^ Je ne dirais rien sur le triangle amoureux.. c'est un petit secret ! (ça se trouve, il n'y en a pas? :p) Ah ouaiiiis tu as déjà tout imaginé à ta façon en fait :D La suite ne correspond pas vraiment mais c'est pas grave haha :)

  • Nicori

    19/04/2017

    Moi j'ai une super idée de triangle amoureux: Yuki - Kyoya -Ryu. <3!!!
    Après moi je verrais bien un petit duel de fin de vacances Kyoya vs Gingka où Kyoya gagne enfin contre Gingka pour impressionner Yuki mais Yuki est déjà dans les bras de Ryuga ou un truc du genre... et là c'est trop triste pour Kyoya et il tue Ryuga et... bon aller j'arrête de me faire des films... C'est ton histoire après tout. ;)

  • Fan-FictionBeyblade

    14/04/2017

    musa-et-master-creations wrote: "Super :)"

    Merci :)

  • musa-et-master-creations

    14/04/2017

    Super :)

Report abuse