Chapitre 19: Dernière soirée.

Chapitre 19: Dernière soirée.


Gingka: Allez quoi, ça va être amusant!


Utau: Non, c'est complètement nul. Comme toi.


Gingka: Mais arrête avec tes insultes de petite fille!


Utau: C'est vrai que c'est vraiment moi la gamine qui veut passer sa dernière soirée à la fête forraine, en effet.


Gingka: Cette fête d'été est super réputée!! 


Gingka lance un prospectus qui parle du sujet sur la tête d'Utau, celle-ci se met à crier pour parler, et mes oreilles à souffrir. 
Cela fait depuis ce matin que notre ami insiste fortement pour y aller, mais personne ne semble très emballé. L'idée de quitter la maison nous rend tous un peu triste, et la motivation pour s'éclater est partie très loin. 


Gingka: Vous êtes nuls! J'irais tous seul si personne ne vient.


Il affiche une mine boudeuse qui me fait rire. Gingka le remarque et se tourne vers moi:


Gingka: Tu vas venir, pas vrai Yuki? Tu n'as pas envie de rester dans ta chambre pour le dernier soir, n'est-ce pas?


Ca ressemble plus à une espeèce d'ordre qu'une demande, mais avec son air de chien battu, j'ai beaucoup de mal à me désister. On dirait le chat potté avec de grands yeux brillants et une chevelure rousse.


Moi: Eh bien...


Ces derniers temps, lui et moi nous sommes beaucoup éloignés depuis euh.. Vous savez bien, depuis que je l'ai éconduis et qu'il m'a serré dans ses bras, pleurant à chaudes larmes pour son premier amour qui n'a pas pu se réaliser. C'est tout à fait normal, et son amitié me manque beaucoup, même si en l'occurence je n'ai pas vraiment la tête à m'amuser ce soir, il a raison sur le fait que c'est trop triste de ne rien faire.


Moi: Pourquoi pas! Ca peut être une bonne idée après tout.


Les yeux de Gingka se mettent à briller et un grand sourire apparaît sur son visage. C'est communicatif et je lui rend sa bonne humeur en lui souriant à mon tour. 


Utau: Tu es beaucoup trop gentille, Yuki.


Moi: Allez, Utau! Accompagne-nous!


A la tête de Gingka, je constate qu'il n'est pas vraiment ravi à cette idée, mais je m'en fiche.


Utau: Même pas en rêve. On va faire quoi? Manger de la barbapapa et admirer les danseurs qui crachent des flammes? On n'a plus 5 ans.


J'ai bien envie de lui rétorquer que je n'ai jamais eu ce plaisir et cette innocence puisque mon enfance a disparue, mais je garde ces mots dans ma george.


- : Moi aussi je vais venir. Ce prospectus vend très bien la soirée, j'ai envie d'y faire un tour. 


C'est Tusbasa qui vient de parler. Il a le papier de la fête dans les mains et commence à lire les activités que la soirée propose:


Tsubasa: Musique, ballons, buffets, danses, costumes offerts à l'entrée ( Le thème est vintage ) et un "spendide" feu d'artifice en fin de soirée.


Utau: Waw. Je préfère encore rester dormir dans ma chambre. Costumes offerts? Tout le monde a dû transpirer dedans, qui sait s'ils les lavent. Et le feu d'artifice, ça fait tellement cliché de série américaine...


Tsubasa: Peut-être, mais ça vaut le coup. Reste dormir dans ta chambre si c'est ce que tu souhaites, nous on ira faire la fête. 


Depuis leur conversation et leur "presque baiser" dans la cuisine à 4 heures du matin, Utau et Tsubasa entretiennent des rapports très froids. Même si à mes yeux mon amie est transparente ce qui fait que quand ils se parlent elle rougit et se touche sans cesse les cheveux, Tsubasa est imperturbable, tel un mur. On aurait presque l'impression qu'il a oublié ce qui s'est passé cette nuit et je croix que ça dérange fortement Utau.


Madoka: Ca a l'air chouette, mais je vais rester à la demeure. J'ai quelques recherches à faire.

J'espère sincèrement que ce n'est pas à propos de moi, je ne veux pas qu'elle se prive de cette fête à cause de ces stupides histoires de coquilles.

 
Je jette un coup d'½il sur Utau. Depuis que Tsubasa a décrété qu'il se rendait à cette fête, elle a l'air soucieuse et je ris intérieurement en l'imaginant en train de faire le pour et le contre dans sa tête:
 
Pour: Je pourrais passer du temps avec Tsubasa, et la fête ne sera peut-être pas si nulle.
Contre: Je refuse de changer d'avis soudainement devant les autres.

Je suis persuadée que ça doit ressembler à ça. 
 
Wales et Sophie décident eux aussi de nous accompagner.


Wales: Cette soirée a l'air vraiment sympas, et le thème du genre soirée déguisé, très amusant. Il ne manque plus que des masques et on pourrait appeler ça un bal masqué avec les vêtements vintages qu'ils vont nous donner.
 
Moi: On demandera la plus jolie robe pour toi, ne t'inquiète pas. 
 
Il me lance un coussin à la figure en riant et je manque de tomber de ma chaise. Sophie lui adresse un petit regard qui semble contenir une pointe de jalousie, mais elle ne dit rien. Sur le moment, je suis un peu gênée, car elle n'a rien a craindre de ma part. Wales et moi sommes amis, et je suis sûre et certaine qu'il est fou amoureux d'elle.


Kenta et Yu se joignent à nous, ainsi que Dashan et Chao xin, son acolyte beau garçon qui ne le lâche jamais d'un poil. 
 
Kyoya quant à lui est dans un coin de la cuisine, à nous observer. Je demande:

 
Moi: Kyoya, tu viens aussi?

 
Toutes les têtes se retournent vers lui. 
 
Il semble mal à l'aise et bien embêté. Visiblement, il aurait préféré se fondre dans le mur plutôt que d'avoir à répondre à ceci, en même temps je le comprend: Tous ceux qui participent le fixe avec une énorme insistance et Gingka a ressortit son visage de chat Botté.
 
 
Kyoya: Non. Je suis d'accord avec la blonde pour une fois, ça a l'air nul. 
 

Gingka: Mais Kyoyaaaaaa c'est la dernière soirée! Tu dois absolument en profiter!

 
Kyoya: Pourquoi est-ce que c'est toujours auprès de moi que tu insistes? Je n'ai rien demandé.
 

Gingka: Mais ce serait vraiment génial que tu viennes! Et puis on est pas obligé de se déguiser, c'est juste proposé!
 

Kyoya: J'ai dis non.
 
 
Déçu, Gingka finit par abandonner et retourne dans le salon. N'étant plus là pour animer cette discussion, les autres retournent à leurs occupations et quittent la cuisine, sauf Utau qui semble toujours aussi songeuse. J'attend patiemment qu'elle finisse de réfléchir, quand cela est fait elle semble remarquer tout juste ma présence et m'annonce d'un air décidé et fier:
 

Utau: Je vais venir.
 

Je souris.
 

Moi: C'est dingue comme Tusbasa peut te faire changer d'avis rapidement.

 
Elle perd totalement son air fier et à la place son visage est gêné et affolé, et ses joues sont toutes rouge.
 
 
Utau: Parle pas si fort!
 
 
Je ricane et parle un peu plus doucement.
 
 
Moi: Tu compte t'habiller avec les vêtements qu'ils distribuent?
 
 
Utau: Certainement pas. Je te l'ai dit, les conditions d'hygiènes ne sont pas vraiment idéales à mon avis. Je mettrai la robe vintage que j'ai achetée l'autre fois. 
 
 
Moi: Ah oui, elle te va bien.
 
 
Je reste silencieuse quant à la tenue que je vais mettre. Sûrement un pull et un short, comme d'habitude. Utau Penche la tête d'un air accusateur.
 
 
Utau: Ne me dis pas que tu compte t'habiller normalement?
 
 
Moi: Bien sûr que si, ce n'est pas un bal.

 
Utau: C'est hors de question Yuki! Laisse moi au moins essayer de faire quelque chose de nouveau.
 

Je lève les yeux aux ciel, de toute manière quand ça commence comme ça je n'ai aucun pouvoir sur la situation, cette fille est incorrigible quand il s'agit de fringues. 
Nous montons dans ma chambre et comme à son habitude chaque fois qu'elle décide de m'habiller, Utau étale mes affaires sur mon lit pour avoir conscience de toutes les possibilités de tenues. Je trouves cette situation tellement ridicule que je ne regarde même plus ce qu'elle fait.
 
  
Utau: Je te maquillerais aussi. C'est la seule chose pour laquelle tu te débrouilles, mais je préfère le faire moi-même.
 
 
Moi: Tu parles comme si j'étais une sorte de poupée. Je n'en ai rien à faire de mon apparence.
 
 
Utau: Estime-toi heureuse, les trois quarts des filles n'ont pas une once de ton charme sans s'apprêter pendant des heures. Si tu étais comme elles, je te garantirais que vu ce que tu fais subir à tes cheveux ou à ta peau, tu ferais un peu peur. Laisse moi te coiffer aussi, ils sont pleins de n½uds.
 
 
Quand j'observe ce qu'elle a mit de côté niveau tenue, je suis rassurée de la simplicité mais aussitôt dégoûtée par la jupe qu'elle a sélectionné. Mais je ne me plains pas et enfile les affaires qu'elle me donne. Utau chantonne pendant que je glisse sur ma peau les tissus fins.
 
 
Utau : Bon tu te grouille ?
 
 
Moi : C'est bon c'est bon, je suis là.
 
 
Et comme je m'y attendais, mon amie me regarde de haut en bas avec un air analyseur que je déteste. Satisfaite, elle me prend le bras et m'installe de manière à ce que je soit assise dos à elle sur mon lit. Le contact de sa main me fait à nouveau frissonner et je la rejette violemment.
 
Elle penche la tête à nouveau.
 
 
Utau : Tu n'aurais pas un problème dès qu'on te touche, toi ?
 
 
Moi : Si.
 
 
Je lui explique que chaque fois que je touche quelqu'un physiquement, mon corps est parcouru de frissons désagréables et qu'une envie de vomir surgit si je reste trop longtemps en contact avec la personne.
 
 
Utau : Tu ne m'en a jamais parlé !

 
Moi : Je ne voyais pas vraiment l'intérêt...
 

Utau : Et avec ton futur petit copain, comment tu vas faire hein ? Grosse maline.

 
Moi : Je n'en aurais pas et ce sera réglé.

 
Utau : Je t'en prie, cesse de dire n'importe quoi. Maintenant arrête de bouger et laisse moi de coiffer.

 
Après une interminable période de cris et de douleur ,car Utau n'est pas des plus délicates, en plus de reproches concernant mes soins à leur sujet, elle attaque le maquillage et manque de me percer l'½il avec le mascara, sous prétexte que je bouge trop. Mais vous m'excuserez, ce n'est pas vraiment très agréable d'avoir une personne juste au dessus de votre tête qui tente de vous maquiller correctement.
 
Le temps que tout cela se finisse, il est déjà presque 20 heure. J'aurais passé ma dernière après-midi à me préparer, génial.
 

Utau : Arrête de te plaindre ! Tu as voulu aller à cette soirée alors tu assumes les conséquences.
 
C'est possible de retourner en arrière, du genre jusqu'en début d'après-midi où Gingka me demandait si je voulais bien venir avec lui à cette fête ?
 

Quand tout est enfin bouclé, je soupire de soulagement. Utau m'annonce qu'elle va se préparer et qu'elle n'en a pas pour longtemps avant de claquer la porte et de me lancer un dernier regard satisfait. Je me dirige vers mon miroir. Mes cheveux sont longs et lisses, et incroyablement plus doux que d'habitude, ils tombent en cascades sur mon dos. La jupe est un peu courte, mais les grandes chaussettes noires qui remontent le long de mes jambes donnent l'illusion que pas du tout. Cette tenue est très simple, mais elle est très mignonne sur moi et je félicite intérieurement Utau pour ce qu'elle a réussit à faire.

 
Je décide de prendre l'air car la chaleur est intenable à l'intérieur, la terrasse est remplie de presque tout le monde, alors pour la première fois je vais devant, à l'entrée ou de petits murets en pierre longent l'allée de sable. Les murets sont assez bas, ce qui me permet de m'asseoir dessus.

 
-: Tient tient ! Qu'est-ce que tu fais à l'entrée, toute seule ?
 

Je ne reconnais absolument pas la voix et quand je lève les yeux pour voir qui me parle, la lumière du soleil m'aveugle et je ne distingue pas tout de suite la personne. Le temps que mes yeux s'habituent à la luminosité, le jeune homme contourne le muret et vient s'asseoir à mes côtés.
 
Maintenant que le soleil ne me gêne plus, je le reconnais immédiatement. C'est Chao xin, le meilleur ami de Dashan. Lui et moi ne nous sommes pas adressé un seul mot durant tout le séjour, si ce n'est quelques bonjour et bonne nuit, il est toujours accompagné d'un des membres des Wang uh Zong et semble profondément énerver Tsubasa, Gingka et Yu, qu'il a croisé pendant le championnat du monde, à tout savoir et à s'exprimer merveilleusement bien. Madoka le dévore toujours des yeux, et je dois avouer qu'il est loin d'être désagréable à regarder. Ses cheveux sont rouges foncés, presque bruns, et ses yeux donnent presque l'impression d'être noirs tellement le bleu est foncé. Sans compter que c'est un peu l'athlète du groupe.
 

Je reprend mes esprits.
 

Moi : J'avais envie de prendre l'air, et la terrasse est légèrement occupée, donc ce n'était pas le meilleur endroit.
 

Mon ton est un peu froid, mais ça ne semble pas le contrarier, au contraire, il continue :
 
Chao xin : C'est vrai que tout le monde est là-bas, le soleil ne va pas tarder à se coucher et ils veulent observer ça pour la dernière soirée. Romantique non ?

 
Il me regarde dans les yeux et je ne peux que détourner le regard. Il est vraiment beau. Il porte un débardeur noir qui met en valeur ses bras et a une serviette avec laquelle il s'essuie le front de temps en temps.
 

Chao xin : Il fait une chaleur très envahissante. Au fait, c'est très rare de te voir habillée comme ceci !
 

Moi : Je n'ai pas vraiment eu le choix.(Je souris) Utau a tenu à s'occuper de moi pour la fête, selon elle c'est comme si j'allais trouver l'amour de ma vie là-bas.

 
Je disais ça en blaguant, mais son regard se fait persistant et il m'adresse un sourire en coin.
 
 
Chao xin : Qui sait ? L'amour se cache parfois dans les endroits les plus inattendus, avec une personne à laquelle tu n'aurais jamais pensé.
 
 
Je sens que mon visage devient rouge et je regarde le sol. Il est en train de me draguer là ? Non ?

 
Heureusement, il reprend son visage normal et mon c½ur ne frôle pas la crise cardiaque. Il repasse la serviette sur son front et me lance :
 

Chao xin : Bon, je pense que je vais me doucher, ma séance de sport m'a totalement mit en sueur. On se voit à la fête.
 
Chapitre 19: Dernière soirée.


Moi : Oui...
 
Puis il repart comme il est apparu.
 
Je ne réalise pas bien ce qui vient de se passer. Il ne m'a jamais adressé la parole, alors pourquoi le faire maintenant ? Est-ce à cause du relooking d'Utau ?

Quoi qu'il en soit, je reprend une respiration normale et remet mon esprit en place. Mon subconscient me crie de me méfier de lui, et je me demande si ce n'est pas ce que je vais faire car l'apparence cache parfois bien des choses. Sans compter que c'est le meilleur ami de Dashan. Mais dans tous les cas, il est bien plus gentil que je ne l'avais imaginé, peut-être un peu hautain, mais gentil.
 
Le soleil se couche totalement, et c'est lorsque la nuit commence à tomber que je rejoins les autres sur la terrasse, qui sont tous prêts. Utau me rejoint une minute plus tard, visiblement elle vient de finir de se préparer. Finalement, elle a choisit de ne pas respecter le thème, tout comme moi, et a opté pour une simple robe blanche évasée avec quelques colliers qui descendent le long de celle-ci et a tressé ses cheveux.
 

Gingka : Eh bah dis donc les filles, vous vous êtes mise sur votre 31 !
 

Utau : Parce que d'habitude si on ne se prépare pas un minimum, on n'est pas jolie ?
 

Gingka : Mais c'est pas ce que j'ai dis...
 

Utau : Mais bien sûr ! Toujours des excuses !

 
Elle plaisante bien sûr, mais Gingka ne le réalise pas et devient tout rouge pour essayer de se justifier, ce qui nous fait tous rire.
 
Les garçons eux aussi ont fait des efforts. Tsubasa a sortit une petite chemise de couleur bleu clair et un short noir, alors qu'il ne se promène d'habitude qu'avec des vêtements confortables, assez larges, ce que mon amie semble bien avoir remarqué car elle est devenue toute rouge à sa vue.
 
Yu et Kenta sont assortis, ils portent tous les deux un t-shirt vert foncé avec un pantalon noir, Wales a un pull blanc et un simple jean, ce qui change de l'habituelle veste bleue qu'il ne quitte jamais, Sophie d'une très jolie robe rose pâle, Gingka... est habillé comme d'habitude (fidèle à lui même!). Dashan lui porte une chemise grise légèrement ouverte qui laisse voir son débardeur blanc et un jean noir aussi, et Chao xin une chemise blanche entièrement fermée et un jean brut, ce qui coupe un peu l'image de mauvais garçon tout le temps décoiffé qu'il a d'habitude.
 
Les autres sont avec nous et nous disent au revoir, et je suis assez triste que Madoka et Kyoya ne se joignent pas à nous.
 

Madoka : Amuse toi bien, promet le moi !

 
Elle me fait un grand sourire et je ne peux m'empêcher d'accéder à sa demande. Je lui promet et elle retourne à sa tablette. Je voulais dire bonsoir à Kyoya, mais celui-ci est sur une chaise un peu à l'écart. Ça va sembler bizarre si je m'approche de lui juste pour lui dire au revoir non ? Allez tant pis j'y vais.
 
Je me dirige vers lui et Kyoya le remarque car il me fixe en train d'avancer, mais une main me retient par le bras et m'empêche soudainement de faire un pas de plus.
 

Chao xin : Tu viens Yuki ?
 

Je jette un regard à Kyoya, qui semble plutôt agacé. Je croix que tout ceux qui ont participé au championnat du monde ne peuvent pas trop le blairer.
 
Avant que je ne puisse répondre, Chao xin me prend la main et je dois faire un énorme effort pour ne pas être dégoûtée. Mais qu'est-ce qu'il a à me coller ?

Utau remarque ma main qui est prise par Chao xin et me questionne du regard. Je lui répond par un faux sourire, du genre « tout va bien ». J'avais déjà questionné Utau à propos de ce garçon et des autres membre du groupe, mais elle ne les connaissait absolument pas et ne pouvais rien dire sur leur caractère, ni s'ils étaient des personnes sincères et gentilles, contrairement à Dashan. Mais je trouvais ce garçon plutôt chaleureux et il n'y avait probablement rien à craindre, tout le monde n'est pas comme lui.
 
Utau cesse immédiatement de me fixer quand Tsubasa commence à lui adresser la parole. C'est ainsi que nous faisons tous ensemble le chemin jusqu'à la fête foraine qui se déroulait en ville, il y avait des bus, mais c'était moins oppressant à pied. Les rues se remplissaient au fur et à mesure que nous avancions. Tout devant, Dashan et Gingka discutaient tranquillement, suivit de Wales et Sophie, Tsubasa et Utau, Yu et Kenta et de moi et Chao xin qui avait maintenant lâché ma main pour mettre son bras autour de mes épaules. Cela faisait longtemps que je n'avais pas ressentis une aussi fulgurante envie de vomir, sûrement depuis mon agression à l'hôpital, mais je ne voulais pas paraître désagréable et mis à part notre contact, sa compagnie était plutôt sympathique. Il ne cessait jamais de parler, et étant une grande timide, j'adore les gens qui parlent à ma place dans une conversation, même si ça peut paraître stupide.
 

Chao xin : Je tenais à te dire personnellement que tu étais très jolie ce soir. Plus que Utau.
 
 
Il se moquait de moi, n'est-ce pas ? Les regards masculins étaient tous braqué sur la jolie blonde en robe blanche qui dégageait une présence très forte autour d'elle.
 
 
Moi : Difficile à croire.
 

Il me sourit.
 
Chao xin : Tu ne sais pas à quel point tu es jolie, n'est-ce pas ? Tu te rabaisses sans cesse car tu as l'impression que ton amie, si parfaite, si belle, attire toute l'attention sur elle. Mais regarde mieux les gens autour de toi. Si cette petite blonde au caractère de cochon est magnifique au premier abord, dès qu'on regarde ne serait-ce qu'un peu plus près, on s'aperçoit qu'elle ne sourit pas souvent (sauf quand Tsubasa lui parle), que malgré ses pas gracieux, sa démarche est plutôt agressive, donc quand on la regarde ne serait-ce qu'une seconde de trop, elle perd beaucoup de son charme. Alors forcément, une fille de caractère, ça plaît à certaines personnes, mais quand c'est toi qu'on observe, on voit une fille très grande, avec de longs cheveux et des yeux qui émanent naturellement une sorte de douceur qui donnent envie de se confier à toi. Ton visage est rond, ce qui te donne l'air d'un bébé, mais c'est justement la candeur que tu dégages qui fais que tous ces hommes sont en train de te fixer. Tu es tout simplement gentille, et ça, ça se remarque juste en t'observant. Utau est peut-être une fille splendide, mais toi tu es une femme magnifique.
 
Après ce petit discourt, je le fixe, choquée. Pense-t-il vraiment ce qu'il me dit ?
 
Personne n'a jamais prononcé des paroles aussi flatteuses et belles à mon égard. Devrais-je croire ce qu'il dit ? Est-ce que c'est tout simplement un beau parleur, ou bien est-ce que je manque juste de confiance en moi ?
 
Chao xin me sourit et lâche mes épaules pour prendre à nouveau ma main, en prenant soin de me caresser le poignet avant de la saisir. Si je n'avais pas cette saleté de phobie du contact, peut-être que ça pourrait être agréable.
 

C½ur d'artichaut, me lance une voix dans ma tête. Mais je m'en moque.
 
Sait-il à quel point ce qu'il m'a dit m'a touché ? Je pense que chaque fille devrait entendre ce genre de discourt, au moins une seule fois dans sa vie.
 
Nous arrivons enfin à l'entrée de la fête où une multitude de costumes sont regroupés dans un coin. Utau a raison, leur état ne donne pas l'air d'être nettoyé souvent, je sais que c'est soirée vintage, mais tout de même.
 
Nous nous regroupons tous ensemble et c'est à ce moment-là que Chao xin décide de me lâcher, ce qui me donne l'impression de pouvoir à nouveau respirer l'air correctement. C'est plus fort que moi, même si sa présence est agréable, ma tête semble me crier « attention » et mon corps rejette sa présence encore plus que celle de Jake, qui pourtant m'avait tellement paralysé qu'elle m'avait fait vomir. Je pense que s'il n'avait pas dégagé sa main dans les minutes qui suivaient, la chose se serait reproduite. Utau me regarde toujours avec des points d'interrogation dans les yeux, et malgré la nausée je secoue la tête pour lui assurer que je vais bien.
 
Je suis sûrement trop gentille, surtout avec le meilleur ami de Dashan, mais j'ai envie de croire que c'est quelqu'un de bon. Son petit speech de tout à l'heure en était bien la preuve, non ?
 
A ma grande surprise, Tsubasa aussi me regarde très bizarrement, et le petit duo me met très mal à l'aise. En même temps, il est vrai que personne n'a jamais eu l'habitude de me voir ainsi collée par un garçon, et surtout par un garçon que personne n'apprécie forcément, puisqu'à part ceux qui ont participé au championnat du monde, personne ne le connaît. Je repense au regard agacé de Kyoya tout à l'heure et la culpabilité vient soudainement envahir mon être. Pourquoi ? Il n'avait qu'à venir, je n'ai pas à m'en vouloir de passer une bonne soirée.
 
 
Chao xin : Tout va bien Yuki ?
 
 
Moi : Oui.
 
 
Il m'observe un instant et tente de me reprendre la main, mais je la repousse. C'est fini les contacts physiques pour ce soir, j'ai eu ma dose.
 
Son regard change instantanément, comme s'il était vexé.
 
 
Chao xin : Bah quoi ? J'ai fais un truc qui t'as pas plu ?

 
Son ton est beaucoup plus agressif. C'est une blague j'espère ? Il ne va pas m'en vouloir parce que je ne veux pas lui tenir la main ?
 
 
Moi : Non.. Je veux juste être libre de mes mouvements.
 
 
Pourquoi est-ce que « Je ne supporte pas les contacts physiques » semble stupide et ne veut pas sortir de ma bouche ? Ce serait bien plus facile, parce que là l'expression de gentillesse a totalement disparu de son visage, il n'est plus que comme avant, rempli de mépris et d'un air de supériorité. Je déteste ça.
 
 
Gingka : Regardez !
 
 
Nous sommes coupés de nos discutions quand Gingka nous cris ceci, sa main nous montre du doigt une grande allée qui mène jusqu'à une place où les gens dansent sur une musique populaire du moment.
 
 
Gingka : On y va !
 

Utau : Tu sais danser toi maintenant ?
 

Gingka : Euh.. Non, mais c'est pas grave, c'est amusant !
 
 
Utau : Bah vas-y tout seul.
 
 
Le pauvre Gingka rougit d'énervement contre mon amie, et avec surprise je remarque Tsubasa qui regarde celle-ci avec fierté. Je pense à ce que m'a dit Chao xin tout à l'heure. Visiblement, lui, les filles de caractère ça lui plaît bien.
 
La foule est joyeuse et tout le monde sourit. Moi aussi, j'ai envie de danser.
 

Moi : Je viens avec toi Gingka !

 
Gingka me sourit pour me remercier et nous nous joignons aux danseurs en riant, la foule est dense, et même les gens que nous ne connaissons pas nous sourient, nous parlent et dansent avec nous. Je saute dans tout les sens, je fais bouger mes hanches, je ne sais pas si je suis ridicule ou si je ressemble à un singe, mais je ne me suis jamais autant amusée de toute ma vie. La chaleur est toujours présente et je ris de toute mes forces lorsqu'une bande d'adolescent de notre âge disent des anneries, sûrement parce qu'ils ont trop bu. Nous sommes rejoins pas Utau et Tsubasa un peu plus tard, qui eux vont se mettre à danser un espèce de tango qui n'appartient qu'à eux. Un grand blond aux yeux bleus azurs, beaucoup plus grand que moi (Un mètre quatre-vingt dix au moins) surgit devant moi, il a l'air adorable et j'essaye encore une fois d'oublier le contact physique lorsqu'il me fait tournoyer. A ce moment là, je ne suis plus Yuki, la grande fille timide qui a peur de se cogner à quelqu'un, je suis une fille qui danse avec des inconnu, je suis une fille qui se lâche et qui sait s'amuser. Je ne sais pendant combien de temps nous restons là à enchaîner toute sorte de danse, mais l'air est un peu plus froid que lorsque nous sommes arrivés. Le grand blond est partit, et quand je regarde autour de moi, je n'aperçois plus mes amis. Super.
 
Je me calme un peu. Il y a désormais beaucoup moins de monde sur la piste de danse, mais il y en a suffisamment pour m'empêcher de repérer si Gingka et les autres sont dans le coin. Mon c½ur bat la chamade, et pas seulement parce que je viens de danser pendant des heures non-stop. Kyoya n'est pas en ville ce soir, donc je ne pourrais pas compter sur lui pour me sauver comme il a l'habitude de le faire, même si je sais que c'est stupide de réfléchir comme ça. Ce mec n'est pas à ma disposition.
 
Je suis assise sur une chaise en bois, en face de la foule. Je suis tellement fatiguée que j'ai l'impression d'avoir bu, même si je ne sais pas ce que ça fait.
 
 
« En gros, c'est comme si tout était cool, tu ne penses plus à tes problèmes, les gens les plus louches te paraissent soudainement sympathiques. Mais au fil de la soirée, les problèmes reviennent, car l'alcool qui se trouvait dans ton sang s'en va peu à peu, tous en même temps. Je ne sais pas si c'est comme ça pour tout le monde, mais tout te reviens tellement vite à la tête que tu pleures, pour des trucs cons, mais tu pleures. Et en prime, le lendemain tu te retrouves avec un mal te tête qui te fais promettre, même si tu ne tiendras probablement pas, de ne jamais recommencer. Boire, c'est la chose la plus idiote sur cette Terre, à croire que certains aiment se vider la tête et oublier leur soucis pendant quelques heures et que ceux-ci leur reviennent en puissance 10 le lendemain. J'ai honte d'avoir cru que ça réglerais mes problèmes, et j'ai toute suite arrêté. Une fois, pas deux. »
 
 
Utau m'avait raconté ça comme une institutrice qui donne une leçon à une élève. Je m'étais juré de ne jamais tomber si bas à ce moment-là, mais si certains trouvent cela cool, pour la détente, pour s'amuser, qu'ils profitent et le fasse.
 
Ce n'est pas le moment de penser à tes bonnes résolutions. Il faut chercher les autres.
 
Encore une fois, une petite voix dans ma tête me chuchotait des conseils. Décidée à les retrouver, je me levais, déterminée. Mais je n'avais pas fais quelques pas qu'une main familière m'attrapa le bras.
 
C'était Kyoya, j'en étais sûre, mais alors pourquoi sa poigne était si forte, si agressive ? Lui qui ne me touche même pas avec un bâton ?
 

Chao xin : Tu t'es perdue ? Les autres sont là-bas.

 
Voilà pourquoi. Je me dégage encore une fois de sa main, vite et sèchement.
 
Moi : J'aurais pu me débrouiller seule.

 
C'était vrai. L'allée était juste à côté, je me doutais bien que pour rentrer il me suffisait de traverser le centre ville et d'aller sur les bords de la plage pour retrouver la maison. Je voulais simplement les retrouver, qu'on rentre tous ensemble.
 
Son regard est encore plus méchant que tout à l'heure, comme s'il se retenait de faire ou de dire quelque chose. On est bien loin du Chao xin de tout à l'heure que je trouvais gentil. Comment peut-on changer de personnalité aussi rapidement vis à vis de quelqu'un ? Je suppose que c'est Dashan qui lui a enseigné ça. Mission accomplie, je me suis bien laissée avoir.
 
Une question frôle mon esprit. Pourquoi s'est-il donné cette peine alors ? Pour profiter de moi le temps d'une soirée ?
 
Pendant que ces interrogations font des vas et viens dans ma tête, Chao xin marche devant moi dans l'allée, en silence. J'ai peur. Depuis mon agression, me promener seule avec un garçon que je ne connais pas me donne l'impression que celui-ci va se retourner d'un seul coup et me plaquer la tête contre le mur. Et bien évidemment, je ne pourrais rien faire pour me défendre.
 
Mais rien de tous ceci ne se produit, et comme prévu, nous rejoignons les autres qui attendent vers un parking. Cependant, un détail m'échappe.

 
Utau et Dashan ne sont pas là.
 

Tsubasa se dirige vers moi, paniqué.
 

Tsubasa : Où est Utau ?

 
Moi : J'allais te poser la même question.
 

Je questionne Gingka du regard, il secoue la tête. Lui non plus ne sait pas où elle est. De même pour Wales, Sophie, Yu et Kenta.

 
Tsubasa : Je croyais qu'elle était avec toi.

 
Moi : Et moi avec toi. Et Dashan ?
 
 
-: Tout va bien, il est avec elle.
 

C'est Chao xin qui vient de parler. Un air sournois parcourt chacun de ses traits, comme s'il préparait quelque chose.
 
Étant au courant de leur relation, je répond sur le qui vive :
 
 
Moi : Où sont-ils ?
 
 
Chao xin : Je croix qu'on ne devrait pas s'occuper de leurs affaires. Et si on rentrait plutôt, ma jolie ?
 

Moi : Ne m'appelle pas comme ça.

 
Chao xin : Pourtant tu devrais apprécier, vu comment tu t'es jetée dans mes bras lorsque je t'ai fais croire que tu l'étais.

 
Quand il me lance ça, plusieurs sentiments m'envahissent. Honte, tristesse, colère. Il se moque de moi et les larmes me montent aux yeux, à cause des nerfs. Comment ose-t-il me dire un truc pareil ? Me jeter dans ses bras ? C'est lui qui ne m'a pas lâchée de la soirée.
Soudain, la vérité me frappe.
 
 
Moi : Tu m'as distrais uniquement pour que je ne surveille pas Utau.
 
 
Il ne répond pas. J'ai ma réponse. Toute la soirée, il a tenté de m'éloigner un peu, de faire en sorte que je ne reste qu'avec lui, et c'est probablement lui qui a emmené Gingka, Tsubasa et les autres ici, pour que Dashan puisse parler tranquillement à Utau, sans être intervenu. Malheureusement pour lui, je suis allée danser, je me suis probablement éloignée de tout le monde et il n'a pas pu me ramener ici toute suite avec les autres. Mais il a quand même réussit à faire en sorte qu'ils se retrouvent seul.
 
Dashan peut faire ce qu'il veut de Utau, face à lui, elle est impuissante.
 
Mon sang ne fait qu'un tour.
 
 
..Et celui de Tsubasa aussi visiblement, car celui-ci saisit Chao xin par le col de sa chemise et lui hurle :
 
 
Tsubasa : OU EST-ELLE ?
 
Chapitre 19: Dernière soirée.

 
Les autres ne comprennent pas ce qui se passent et tentent de calmer Tsubasa. Du regard, je lance un appel à l'aide à Gingka, c'est le seul qui peut les éloigner d'ici, même s'il ne comprend pas tout. Par miracle, il saisit ce qui se passe et règle la situation à sa façon, en lançant sa toupie Pegasus, celle-ci tourne tellement vite que le vent devient presque visible, et je me dis en mon fort intérieur que c'est probablement son meilleur rival qui lui a enseigné cette technique, car après tout le vent est la spécialité de Kyoya.
 
 
Gingka : Les amis, rentrons.
 
 
Sophie : Mais Gingka..
 
 
Gingka : Fais moi confiance Sophie, et vous aussi les autres. C'est leurs affaires, comme dit Chao xin.
 
 
Wales : Et pourquoi on les laisseraient tous les quatre? Tu es insouciant ou quoi ?
 
 
Moi : Wales, je t'en pris, pars avec Gingka et les autres. Je t'expliquerais.
 
 
Son regard est hésitant, mais je le supplie du mien. Il finit par lâcher prise et prend Sophie par la taille, l'emmenant avec lui, en me lançant avant de partir :
 
 
Wales : Fais attention.
 
 
Moi : Promis.
 
 
Et ils s'en vont, accompagné de Yu, Kenta et Gingka. Je les remercie mentalement avant de me tourner à nouveau vers Chao xin et Tsubasa, qui lui semble à deux doigts de lui arracher la tête. Je tente de le calmer.
 
 
Moi : Tsubasa, ça ne sert à rien de se battre. Il ne nous dira rien, c'est le toutou de Dashan.
 
 
Chao xin : Hé !
 
 
Moi : Allons la chercher. La ville n'est pas bien grande.
 
 
Il hésite, puis je pense avec toute la volonté qu'il possède, le relâche de son emprise. Je soupire, ça ne sert à rien de blesser cet imbécile, mais je ne vais certainement pas le laisser s'en sortir comme ça.
 
Il est à terre, maintenant que Tsubasa l'a lâché violemment sur le sol. Quand je le regarde, je me demande bien ce que j'ai pu lui trouver, car la seule chose que j'éprouve dorénavant quand je l'observe, c'est un profond dégoût et une irrésistible colère.
 
Il est en train de s'essuyer une tâche que sa chemise nettement moins blanche a reçu lorsque ma main frappe violemment sa joue.
 
Elle laisse quelques marques apparentes sur son visage qui est maintenant complètement rouge d'un côté. Bien fait, tellement bien fait que même quand ses yeux croisent les miens, il ne les soutient pas, sachant pertinemment que c'était mérité. Je n'ai pas l'habitude de frapper, ce n'est pas mon genre, mais je dois avouer que ça fait beaucoup de bien.
 
Tsubasa ne fait aucune remarque et me signale qu'on doit se dépêcher. Je le suis en silence et nous laissons la victime de ma baffe là où elle se trouve, qu'il aille où bon lui semble désormais. 


 

 
 

Tags : #Chapitre 19 ♥ ~ - #Manga#beyblade - Love Youu. ♥

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (23.20.166.68) if someone makes a complaint.

Comments :

  • musa-et-master-creations

    01/04/2017

    De rien :)

  • musa-et-master-creations

    01/04/2017

    De rizn :)

  • Fan-FictionBeyblade

    28/03/2017

    musa-et-master-creations wrote: "Super :)"

    Merciiiiii :)

  • musa-et-master-creations

    25/03/2017

    Super :)

  • Fan-FictionBeyblade

    23/03/2017

    jesuismoiiiiii wrote: "c vraiment bien fait
    g adore le passage où elle le gifle à la fin
    j'aurais fait pareil mais fois 10
    mais bon c'tait bien sinon^^
    "

    Merci beaucoup^^
    Haha, elle n'est que débutante dans cette matière :D
    C'est super gentil, merci ;)

  • jesuismoiiiiii

    20/03/2017

    c vraiment bien fait
    g adore le passage où elle le gifle à la fin
    j'aurais fait pareil mais fois 10
    mais bon c'tait bien sinon^^

  • steanne

    19/03/2017

    De rien c'est normal ^^ J'adore la manière dont tu écris!
    Ils ont eu de belles vacances en tout cas ;) un peu mouvementée mais bon...
    Effectivement, je n'aurais jamais vu la Yuki du début gifler quelqu'un!
    J'ai hâte de voir tout ça alors ☆

  • Fan-FictionBeyblade

    18/03/2017

    LucieDirection wrote: "Wooow, que d'émotion!
    Ce chapitre était rempli de suspens, de mystère, et je suis très heureuse que Yuki se soit rebellée ainsi! Ca fait plaisir!!
    Mais... Qu'était ce regard agacé de Kyoya? DIS MOI TOUT
    Bref sinon super chapitre, hâte de lire la suite, tu es trop cruelle de nous laisser sur un moment pareil!!
    "

    Haha je suis heureuse qu'il t'ai plu :)
    C'est vrai qu'il était temps qu'elle se réveille ^^
    Mystère ma chère, mystère...
    Désolée, la suite est pour bientôt je te le promet :)

  • Fan-FictionBeyblade

    18/03/2017

    kilarilucie wrote: "Saloperie de chinois!! La suiiiiiiiite"

    Bientôt ;)

  • kilarilucie

    18/03/2017

    Saloperie de chinois!! La suiiiiiiiite

Report abuse