Chapitre 12: Qui es-tu en réalité?

Chapitre 12: Qui es-tu en réalité?
 
Je n'en peux plus. J'ai l'impression que le froid est en train de me parcourir les veines et que peu à peu mon sang devient de glace. Je tremble de tout mon corps et les nombreuses égratignures que la roche m'inflige me donnent du mal à avancer. Kyoya est devant moi, silencieux. Je n'ose même pas ouvrir la bouche pour me plaindre tellement j'ai peur de ce qu'il pourrait dire. Je sais très bien que si on est ici maintenant, c'est de ma faute. 
Si je n'avais pas brisé le coeur à Gingka en fait, rien de tout cela ne serait arrivé. Je serais avec les autres aux chaud en train de plaisanter et je n'aurait pas l'air d'une fille qui débarque dans leur vie, foire tout et qui met certains dans une situation compliquée.
 
Je m'écorche la main en essayant de m'accrocher à la pierre pour ne pas glisser. Je n'en peux plus, et j'ai honte de ma fragilité. 
J'étais en train de me reprocher tous les défauts possibles et inimaginables quand un visage m'est apparu à l'esprit. Non, il ne fallait pas que je reste ici... Je respire et continue d'avancer.
 
Mes pensées divaguent lorsqu'une douleur me transperce le pied, plus soudaine et profonde que les autres.
 
Moi: Aaaaah...
 
Je tombe par terre dans des flaques d'eau glacée. J'ai marché sur une roche bien plus pointue que les autres et j'ai le pied droit complètement en sang. Je sens les larmes venir, je n'ai plus qu'une envie: me rouler en boule par terre et me laisser mourir.
Kyoya se retourne et remarque ma blessure. Il fait une mine agacée et me dit:
 
Kyoya: Reste ici. Je vais trouver une sortie tout seul.
 
Moi: Il n'en est pas question. Je viens avec toi.


Kyoya: *hausse la voix* Arrête un peu, t'es pas en état de faire quoi que ce soit!


Moi: Je me fiche de ma blessure, je ne veux pas rester ici!


Kyoya: Et moi je te dit que tu reste ici! C'est pas possible, c'est toi qui nous a foutu dans cette merde, alors...


Moi: Attends...


Kyoya: Non, je te l'ai dit tu...


Moi: Tais-toi! Ecoute.


Curieux, Kyoya se tait et penche la tête pour mieux écouter. Il se redresse d'un coup.


Kyoya: Le bruit des vagues.


Jusqu'ici, on ne les entendais plus, mais si maintenant le bruit est de nouveau présent, c'est qu'une sortie n'est pas loin.


Je souris. On va pouvoir sortir d'ici.


Kyoya: Je croix savoir d'où le bruit vient. Il y a un espèce de cratère là-bas, il mène peut-être à une sortie en surface.


Ma joie disparaît instantanément quand je me retrouve face à ce cratère. Alors oui, on sent bien l'air frais qui nous arrive sur le visage quand on se positionne devant l'entrée, mais pour monter, il va falloir escalader, et avec mon pied je me demande ce que je vais bien pouvoir faire.
Je baisse la tête d'énervement.
Kyoya doit comprendre pourquoi je tire la tête au lieu de me réjouir d'avoir trouvé une sortie, parce qu'il me dit dans un soupir:


Kyoya: Je vais t'aider.
Chapitre 12: Qui es-tu en réalité?

On m'avait déjà parlé des expériences en escalade de Kyoya. Gingka m'a dit qu'il avait monté des falaises juste pour son entraînement de Blader, et que pour lui gravir une montagne était aussi simple qu'une marche à pied.
Mais maintenant, avec la fatigue et les nombreuses blessures que la roche nous a fait, Kyoya a l'air à bout de souffle. Pourtant, pas une seule fois il ne se plaint pour monter, pas une seule fois il n'a émis un bruit de souffrance quand la roche à laquelle il s'agrippait lui infligeait des blessures, et pas une seule fois il a soupiré lors des nombreuses fois où il a dû m'aider pour continuer à avancer.


Quant à moi, je me motivais tant que possible pour parvenir à bout de ce cratère. Je sentais les gouttes de sueurs défiler sur mon front et ma douleur lancinante au pied qui me donnait envie de tomber, mais j'avançais. J'avançais pour toutes les raisons pour lesquelles je devais rester en vie. Ma mission, je devais absolument trouver quel était son but et son origine. Ryuga qui si jamais se réveillait un jour, je n'aurais jamais eu la chance de découvrir qui il était et voir quelle était la couleur de ses yeux lorsqu'il allait les ouvrir. Je veux découvrir qui je suis, d'où je viens, et ce n'est pas une stupide roche mouillée et coupante qui va m'empêcher de faire tout ceci.
 
Quand enfin j'aperçois Kyoya qui se hisse à l'extérieur de la grotte, mon c½ur se rempli de joie et par précipitation je manque de tomber à seulement quelques mètres de la sortie. Heureusement, il m'attrape par le bras et m'en empêche.
 
Moi: Merci.


Kyoya: Ouais ouais. Tu vas pouvoir rejoindre la rive?


Je regarde la mer. Il y a une sacré bonne distance de la plage jusqu'ici, mais l'air frais et nouveau qui se propage dans mes poumons me motive davantage, et j'acquiesce.
Il me regarde ,hésitant, et plonge dans l'eau redevenue calme. Je me demande bien l'heure qu'il est.


Je plonge à mon tour et mes blessures me brûlent à cause du contact de l'eau salée, cependant je garde mon calme et continue de nager pendant un temps qui me paraît durer l'éternité derrière Kyoya qui est encore et toujours silencieux et qui ne tourne même pas la tête pour s'assurer que je tiens le rythme. Dans un sens, ça me rassure, il ne me prend peut-être plus pour une petite chose fragile qu'on doit protéger.
Mon pied me fait horriblement mal quand nous atteignons le sable, mais je suis trop heureuse pour m'en soucier. Il fait nuit noire et nous avons encore le trajet jusqu'à la maison pour respirer et nous dire que tout ça n'est qu'un mauvais souvenir.


Kyoya avance et je le suis. Je boîte mais j'essaye de tenir, et lorsque le parquet de la terrasse n'est plus qu'à quelques pas, un poids énorme se relâche. On est rentrés, on a réussi.
Mais ça ne se passe pas comme prévu. Ma tête se met soudain à tourner violemment et ma vision se trouble. Je me demande ce qui se passe quand je sens des bras m'agripper pour ne pas que je tombe, et je reconnaît instantanément l'odeur de menthe qui fait la particularité de Kyoya. Il me chuchote quelque chose que je ne comprend pas, sûrement pour ne pas réveiller les autres qui doivent être en train de dormir et me fait avancer à travers la porte vitrée qui donne sur le salon, où une silhouette est posée sur le canapé. Je reconnais instantanément les cheveux roux en pétard de Gingka bien que je sois trop faible pour distinguer clairement son visage, et je sens la fièvre monter.


Gingka: Qu'est-ce que vous faites là?


Sa voix est pleine de panique sûrement à cause de la tête monstrueuse que je dois avoir et mon pied en sang, ainsi que nos blessures à tous deux. Mais je distingue une pointe de jalousie mal placée, aussi.



Kyoya: Longue histoire, je t'expliquerais. Appelle Madoka, cette idiote s'est blessée et la plaie ne doit pas s'infecter.


Mais mes yeux se ferment et tout devient noir.



Chapitre 12: Qui es-tu en réalité?


Je suis sur un petit bout de paradis avec un étrange garçon aux yeux rouges sang qui me fixent avec amour, je n'avais jamais entendu cette voix mais pourtant elle me paraît familière, comme si je la connaissais par c½ur mais qu'en même temps elle m'était inconnue. Il me tient la main et je ne ressens aucun dégoût par son contact physique. Mais une voix lointaine envahie l'instant et me ramène à la réalité.
 
- : Tu es sûre que tu as bien nettoyé sa plaie?
 
- : Tu me l'a déjà demandé trois fois, et je t'ai dit que oui.


- : Quand est-ce qu'elle va se réveiller?


- : Je ne sais pas, quand elle sera un peu reposée.


- : Et si elle ne se réveille pas?


- : UTAU! Non mais tu t'entends un peu?!


Utau : En même temps vous êtes tous bons à rien ici, je suis sûre que si c'est moi qui l'avait soigné, elle serait déjà réveillée.


- : Tu n'avais te réveiller à 3 trois heures du matin quand ils sont arrivés et la soigner.


J'entends la porte se claquer. Je comprends que c'est Madoka qui s'est occupée de moi après ma petite "balade" d'hier en compagnie de Kyoya. Je suis bel et bien réveillée et je vois Utau à mon chevet qui est morte d'inquiétude, mais je n'ai pas assez de force et me rendors, en espérant pouvoir continuer mon doux rêve. 


Quand quelques heures plus tard je me réveille à nouveau, je retrouve cette fois-ci Gingka endormis à mon chevet.
Il était adorable. Les cernes qui lui soulignaient les yeux montraient qu'il n'avait pas dormit de la nuit, mais je ne reconnaissais plus le Gingka que j'ai connu et que j'apprécie tant. Celui qui crie tout le temps et dont sa seule joie est de jouer au Beyblade ou de manger un bon hamburger avec ses amis. Non, ce Gingka là est faible, et c'est à cause de moi. Je ne veux pas le rendre comme ça, je veux qu'il soit heureux, et je ne suis pas faite pour une relation, tous ce qui m'intéresse maintenant, c'est de mettre fin à ma mission que j'avais ces temps-ci perdue de vue. Il y a le temps, certes, mais je ne veux pas en faire perdre plus à Gingka, ça ne sert à rien.


Je suis assise contre le sommier de mon lit et le regarde dormir. Comme j'aimerais avoir une vie insouciante où je n'aurais pas à dire à une personne aussi adorable que lui que je ne veux pas de son amour, mais de son amitié, comme j'aimerais savoir qui je suis, savoir quel est mon but.


Je décide de le réveiller doucement et il ouvre délicatement les yeux. Dès qu'il voit que je suis assise et visiblement rétablie, son visage s'éclaire d'un grand sourire et il me prend dans ses bras avant que j'ai le temps de dire quoi que ce soit.


Gingka: J'ai eu tellement peur...


Je m'apprête à essayer de me dégager de ses bras et pas seulement parce qu'un furtif malaise a envahit mon c½ur à cause de ce contact, mais il m'en empêche et me dit:


Gingka: Ne parle pas. C'est le dernier moment où je serais comme ça avec toi, je te le promet.


Je sens qu'il tremble et ses muscles de bras se contracter encore plus fort, et je comprends qu'il est en train de pleurer. Je ne le repousse pas et le serre moi aussi dans mes bras.


Moi: Pardonne moi..


J'ai chuchoté ça dans son oreille, et l'émotion de Gingka me fait couler une larme sur ma joue. A ce moment là, il se retire de notre étreinte et me souris en enlevant ma larme du visage. Un sourire triste, mais presque aussi beau qu'avant. Il se lève à présent, et m'en fait un encore plus beau en me lançant:


Gingka: Je ne t'embêterais plus. *Sourit* Allez fénéante, sort un peu de ton lit, tout le monde s'inquiète pour toi!


Je lui rend son sourire et attrape les béquilles posées à côté de mon lit. Une nouvelle journée commence.


Chapitre 12: Qui es-tu en réalité?


 
 

Tags : #Manga#beyblade - Love Youu. ♥ - #chapitre 12 ♥

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.164.86) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Fan-FictionBeyblade

    30/10/2017

    Cameby wrote: "J aime bcp ce chapitre! Yuki tu dois pas abandon.er!°^°
    *reflechis...yeux rouge*..Sora?Bao..?
    "

    Contente qu'il t'ai plu :)
    je ne sais paaas héhé!

  • Cameby

    30/10/2017

    J aime bcp ce chapitre! Yuki tu dois pas abandon.er!°^°
    *reflechis...yeux rouge*..Sora?Bao..?

  • Fan-FictionBeyblade

    22/04/2017

    Nicori wrote: "Coucou! C'est encore moi. J'étais en train de relire ce chapitre que j'apprécie beaucoup et là j'ai eu une grosse interrogation. Que chuchote Kyoya à Yuki quand elle tombe dans les pommes?
    Je verrais bien un truc du genre: "Courage! Ne craque pas maintenant!" ou alors un "Je savais que ça finirait comme ça" ou encore un " tu peux pas t'empêcher de faire une entrée fracassante hein!" ou même un "T'inquiètes pas on va s'occuper de toi". Un choix?
    "

    Je suis contente qu'il te plaise alors!
    Mon but, c'est que tu te mettes à la place de Yuki, et notre hérïne n'a pas entendu cette information, cela restera donc un mystère pour elle haha ^^
    Mais à choisir, je pense que ce serait un truc dans le genre "Merde, Yuki lâche pas maintenant!" si j'y réfléchis, oui je le vois bien dire quelque chose comme ça !

  • Nicori

    21/04/2017

    Coucou! C'est encore moi. J'étais en train de relire ce chapitre que j'apprécie beaucoup et là j'ai eu une grosse interrogation. Que chuchote Kyoya à Yuki quand elle tombe dans les pommes?
    Je verrais bien un truc du genre: "Courage! Ne craque pas maintenant!" ou alors un "Je savais que ça finirait comme ça" ou encore un " tu peux pas t'empêcher de faire une entrée fracassante hein!" ou même un "T'inquiètes pas on va s'occuper de toi". Un choix?

  • Fan-FictionBeyblade

    10/12/2016

    Katsu-Kichi wrote: "trop bien ! ^.^"

    Merciiiiii :)

  • Katsu-Kichi

    10/12/2016

    trop bien ! ^.^

  • Neko-NekoChan

    07/12/2016

    Encore un !

  • musa-et-master-creations

    06/12/2016

    De rien :)

  • Fan-FictionBeyblade

    06/12/2016

    musa-et-master-creations wrote: "Super :)"

    Merciiii :)

  • musa-et-master-creations

    06/12/2016

    Super :)

Report abuse